Idée de négociation
J'aime

Employer des options à longue échéance au lieu d’actions

Tony Zhang
28 octobre, 2019
56 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 13 minutes
Employer des options à longue échéance au lieu d’actions

Les options à longue échéance (plus de neuf mois) constituent un moyen économique de prendre une position à long terme sur des actions, laquelle exige un investissement réduit en capital et comporte un risque limité. Le cours moyen d’une action composant l’indice S&P/TSX 60 a presque doublé au cours de la dernière décennie. Ainsi, le capital requis pour acheter 100 actions a considérablement augmenté. Bien des investisseurs disposant de petits comptes peuvent envisager le recours à des options à longue échéance comme solution de rechange à l’achat de 100 actions. Dans le présent billet, nous comparons l’achat d’actions avec l’achat d’options à longue échéance. Pour en savoir plus sur la négociation d’options à longue échéance, visionnez notre plus récent webinaire sur le sujet!

Quand recourir aux options à longue échéance?

Il existe deux types d’options à longue échéance : les options d’achat et les options de vente.

Options d’achat à longue échéance

On emploie souvent les options d’achat à longue échéance dans le cadre de stratégies de rechange aux positions acheteur sur actions, puisqu’elles permettent de prendre des positions haussières à long terme qui comportent un risque limité. Il convient d’utiliser des options d’achat lorsque les prévisions à l’égard de l’action sous-jacente ou du fonds négocié en bourse (FNB) sous-jacent sont haussières pour au moins deux ou trois mois. Les options à longue échéance constituent aussi un excellent moyen d’atténuer le risque de chute du cours. Lorsqu’un marché semble être surévalué ou qu’une montée des cours se prolonge sans qu’il y ait de repli notable, la probabilité d’une correction boursière augmente. Advenant une telle correction, les options à longue échéance permettent de prendre des positions haussières comportant un risque limité de chute des cours comparativement à la détention d’actions ou bien de parts de FNB.

Options de vente à longue échéance

L’achat d’options de vente à longue échéance permet de protéger les positions acheteur d’un portefeuille d’actions. Il convient d’utiliser des options de vente à longue échéance uniquement en cas de prévisions fortement baissières à long terme, c’est-à-dire d’une durée de plus de deux ou trois mois et d’une ampleur de plus de 10 % à 20 %.

Exemple haussier

Imaginons un investisseur haussier à l’égard de l’action de la BMO, qui se négocie actuellement à 97,61 $ (le 22 octobre 2019). Comparons l’achat d’actions et l’achat d’une option d’achat.

Achat des actions :

  • Achat de 100 actions @ 97,61 $ chacune = 9 761 $
  • Rendement maximal = illimité
  • Risque maximal = 97,61 $ par action (prix payé pour les actions)

Achat d’une option d’achat échéant dans un an (en jeu)

  • Achat de 1 option d’achat à 92 $ échéant en octobre 2020 = 800 $
  • Rendement maximal = illimité
  • Risque maximal = 8,00 $ par action

Dans ce cas-ci, l’option d’achat à longue échéance permet de maintenir une position haussière, tout en réduisant son risque et son coût total comparativement à l’achat pur et simple des actions.

Exemple baissier

Imaginons un investisseur baissier à l’égard de l’action de la BMO, qui se négocie actuellement à 97,61 $ (le 22 octobre 2019). Comparons la vente d’actions et l’achat d’une option de vente.

Vente à découvert des actions :

  • Emprunt pour la vente à découvert de 100 actions @ 97,61 $ chacune = 9 761 $
  • Rendement maximal = 97,61 $ par action
  • Risque maximal = illimité (puisque le potentiel d’appréciation est illimité)

Achat d’une option de vente à longue échéance (en jeu) :

  • Achat de 1 option de vente à 100 $ échéant en octobre 2020 = 855 $
  • Rendement maximal = 91,45 $ par action (100 $ – 8,55 $)
  • Risque maximal = 8,55 $ par action

Dans ce cas-ci, l’option de vente permet de maintenir une position baissière, tout en réduisant son risque et son coût total comparativement à la vente à découvert des actions.

Avantages des options à longue échéance

Les options à longue échéance impliquent moins de capital que l’achat ou la vente à découvert des actions. Les options d’achat et de vente à longue échéance qui sont en jeu permettent d’obtenir un profil risque-rendement asymétrique, tout en maintenant une position bien établie sur les actions sous-jacentes. Étant donné que les options à longue échéance sont soumises à une érosion de la valeur temps plus lente que les autres, elles conviennent généralement aux placements dont l’horizon va au-delà de deux ou trois mois.

Limites des options à longue échéance

Les options à longue échéance sont moins liquides que les options à échéance rapprochée. Par conséquent, elles ne conviennent pas à la négociation à court terme; elles conviennent aux placements à plus long terme. Avant de choisir entre l’achat d’options à longue échéance ou simplement l’achat d’actions, un investisseur doit déterminer si l’action est assortie d’un versement de dividende. Les options ne donnent droit à aucun versement de dividende, alors un investisseur qui compte tirer profit d’un revenu de dividende pourrait préférer acheter des actions plutôt que de recourir aux options. En outre, les options à longue échéance ne sont disponibles que sur 64 actions ou FNB, leur inscription ayant pour condition préalable un intérêt en cours minimal de 5 000 options pendant une période de six mois. Une liste des actions sur lesquelles il existe des options à longue échéance est disponible ici.

Négocier des options à longue échéance

Les options en jeu procurent aux investisseurs un meilleur potentiel de gain et une meilleure position sur le marché que les options hors jeu. S’il est vrai que les options hors jeu sont moins coûteuses, il est important de garder en tête que les options sont utilisées ici comme solution de rechange à l’achat des actions et à leur conservation pendant une longue période. Ainsi, un investisseur qui emploie les options dans cette optique voudra tirer le maximum de l’appréciation du capital liée aux actions en utilisant des options en jeu.

Tableau 1 : Options en jeu ou hors jeu

Source : OptionsPlay

Conseils de négociation

  • Choix de l’échéance : Choisissez des échéances de plus de neuf mois, de manière à réduire au minimum l’érosion de la valeur temps.
  • Choix du prix de levée : Achetez des options dont le prix de levée est en jeu (delta de 65 à 75). En règle générale, elles coûteront de 20 % à 30 % du prix de l’action sous-jacente.
  • Choix des actions : Choisissez des actions qui ne sont pas assorties d’un versement de dividende.
  • Stratégie d’ouverture : Prenez une position lorsqu’il y a des prévisions haussières ou baissières à long terme à l’égard d’une action ou d’un FNB.
  • Stratégie de clôture : Dénouez votre position avant l’échéance, passez un ordre stop et réalisez vos gains en fonction du cours de l’action.
  • Vendez des « options d’achat couvertes à petit budget » pour réduire votre risque.

« Options d’achat couvertes à petit budget »

La stratégie de vente d’options d’achat couvertes au petit pied consiste à vendre des options d’achat hors jeu à courte échéance après avoir acheté l’option d’achat à longue échéance. Celle-ci remplace alors la composante que constituent les actions détenues dans le cadre d’une stratégie standard de vente d’options d’achat couvertes. La stratégie est également connue comme un écart diagonal. En vendant méthodiquement des options d’achat couvertes pendant la durée de vie de l’option à longue échéance, un investisseur peut toucher environ 5 % de la prime de l’option d’achat à longue échéance sous-jacente en un seul mois. Cette pratique peut lui permettre de réduire le coût de base des options à longue échéance jusqu’à concurrence de 20 % à 50 % sur la durée de vie de l’option, s’il conserve celle-ci jusqu’à l’échéance. Cependant, il est important pour l’investisseur de se rappeler de reporter sa position sur l’option d’achat vendue à l’échéance si le cours de l’action est supérieur au prix de levée. Autrement, il pourrait être dans l’obligation d’acheter des actions au cours du marché ou de lever son option d’achat à longue échéance pour livrer les actions.

Résumé

Les options à longue échéance constituent une solution de rechange pour la prise d’une position à long terme en vue de profiter de l’appréciation du capital liée aux actions, tout en réduisant le capital à mobiliser et le risque global. En raison du capital important requis pour l’achat pur et simple de 100 actions, les options à longue échéance sont devenues un outil populaire auprès des investisseurs détenant un capital restreint. Lorsque vous négocierez des options à longue échéance, suivez les conseils fournis dans le présent billet afin de maximaliser leur efficacité.

Profitez d’un accès gratuit à OptionsPlay Canada : www.optionsplay.com/tmx 

Mise en garde : Les stratégies décrites dans le présent blogue ne sont présentées qu’à des fins d’information et de formation. Elles ne doivent pas être interprétées comme étant des recommandations d’acheter ou de vendre quelque valeur mobilière que ce soit. Comme toujours, avant de mettre en œuvre des stratégies sur options, assurez-vous d’être à l’aise avec les scénarios proposés et d’être prêt à en assumer tous les risques.

Tony Zhang
Tony Zhang http://tmx.optionsplay.com

Chef de la stratégie liée aux produits

OptionsPlay

Tony Zhang est un spécialiste du secteur des services financiers possédant plus d’une dizaine d’années d’expérience dans des postes liés au développement de produits, à la recherche et à la stratégie de marché pour les marchés des actions, des changes et des dérivés. À titre de chef de la stratégie liée aux produits d’OptionsPlay, Tony dirige actuellement la recherche et le développement pour la plateforme OptionsPlay Ideas & Portfolio. Animé par sa passion pour la technologie financière et le développement de produits, il a offert aux clients et aux utilisateurs servis par OptionPlay des solutions innovatrices et repensées. Il avait auparavant travaillé pendant 7 ans à FOREX.com, où il s’est formé aux marchés financiers et à la recherche en tant que stratège de marché spécialisé dans les marchés d’actions et de dérivés de change.

46 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.