Protection
J'aime

La couverture à l’aide d’options d’achat

Martin Noël
15 mai, 2018
321 Lectures
2 Commentaires
Lecture en 4 minutes
La couverture à l’aide d’options d’achat

Tel que nous pouvons l’observer sur le graphique suivant, le prix des actions de ONEX Corporation (ONEX) démontre des signes de faiblesse qui pourraient inciter à la prudence. L’indicateur Relative Strength Index (RSI), qui récemment était dans la zone de survente, a une trajectoire descendante. On constate le même phénomène avec l’indicateur stochastique (%K).

Bien que l’ampleur de la baisse reste à être déterminée, un investisseur, qui voudrait se protéger tout en tirant avantage de l’érosion de la valeur temps des options, pourrait vendre un contrat d’options d’achat pour chaque tranche de 100 actions détenues. Avec un prix de 91,15 $ au moment d’écrire ce texte, nous choisirons les options d’achat échéant le 21 septembre 2018 et ayant un prix de levée de 92 $.

Position

  • Détention préalable de 1 000 actions de ONEX (prix actuel de 91,15 $)
  • Vente de 10 contrats d’options d’achat ONEX 180921 C 92 à 3,50 $
    • Crédit de 3 500 $

Profil de profits et pertes

Cette option d’achat est une option hors jeu qui n’a aucune valeur intrinsèque et une valeur temps de 3,50 $ par action. La vente de cette option d’achat nous offre une protection contre une baisse de 3,84 % jusqu’au seuil d’équilibre de 87,65 $ (91,15 – 3,50 $). Dans le cas où le titre effectuerait plutôt une hausse et clôturerait à un prix supérieur ou égal au prix de levée de 92 $ à l’échéance du 21 septembre, le profit maximal de la stratégie serait de 4,35 $ par action, soit 4,96 % pour la période de 130 jours ou de 13,93 % sur une base annuelle. Dans le scénario où le titre ferait plutôt du surplace, le rendement statique serait de 3,50 $ par action, soit 3,99 % pour la période de 130 jours ou 11,21 % sur une base annuelle.

 

Intervention

Comme nous nous attendons à une baisse sans avoir d’objectif de prix en tête, la position sera fermée si nous pouvons racheter les options d’achat vendues pour un prix compris entre 10 % et 20 % du prix initial. Si cela se produit, il faudra alors procéder à une analyse pour confirmer s’il est toujours de mise de continuer à vendre des options d’achat pour se couvrir. En cas de hausse à un prix supérieur au prix d’exercice de 92 $, les options d’achat devront être rachetées à profit ou à perte, selon le cas, afin d’éviter d’être assigné et de devoir vendre les actions sous-jacentes.

 

Bonnes transactions et bonne semaine !

 

Les stratégies présentées dans le cadre de cette chronique ne le sont qu’à titre d’information et de formation et ne doivent pas être interprétées comme étant des recommandations pour acheter ou vendre toutes valeurs mobilières. Comme toujours, avant de mettre en place des stratégies d’options assurez-vous d’être à l’aise avec les scénarios proposés et d’être prêts à en assumer tous les risques.

 

 

Martin Noël
Martin Noël http://lesoptions.com/

Président

Corporation Financière Monetis

Martin Noël a obtenu un MBA en services financiers de l'UQÀM en 2003. La même année, il a reçu le Brevet de l'Institut des banquiers canadiens et la Médaille d'argent pour ses efforts remarquables dans le cadre du Programme de formation bancaire professionnelle. Monsieur Noël a commencé sa carrière dans le domaine des instruments dérivés en 1983 à titre de mainteneur de marché sur options, sur le parquet de la Bourse de Montréal, pour le compte de diverses firmes de courtage. Il a également occupé le poste de spécialiste sur options et, par la suite, de négociateur indépendant. En 1996, monsieur Noël est entré au service de la Bourse de Montréal à titre de responsable du marché des options où il a contribué au développement du marché canadien des options. En 2001, il a participé à la création de l'Institut des dérivés de la Bourse de Montréal où il a œuvré à titre de conseiller pédagogique. Depuis 2005, Martin est chargé de cours à l'UQÀM où il enseigne un cours sur les instruments dérivés au deuxième cycle. Depuis mai 2009, il est président à temps plein de la CORPORATION FINANCIÈRE MONÉTIS, une société active dans la négociation professionnelle et en communication financière. Martin agit comme collaborateur régulier en matière d’options pour la Bourse de Montréal.

364 articles
0 commentaires

2 Commentaires

  1. Françoise

    Premièrement félicitations, je viens de faire le tour de vos derniers articles et vous avez vu juste dans la plupart. De plus vos explications sont clairs et très faciles à lire.
    Je suis curieuse de connaître votre façon de réagir par rapport à ONEX à ce stage ci.
    Est ce que vous commencez à élaborer une stratégie même si l’échéance 2018/09/21?
    Advenant que le titre continue sur sa montée, vous optez pour l’assignation ou le roll over?
    Merci infiniment, elles sont vraiment intéressantes vos articles.
    18/07/04

    • Jean-Pierre Desloges

      De l’auteur Martin Noel:
      Bonjour. Merci pour votre commentaire. Dans un cas comme ONEX, où le titre a effectué une hausse au-dessus du prix de levée des options d’achat vendues, on peut continuer à garder la position jusqu’à l’échéance au cas où le titre se mettrait à baisser. Car les options d’achat vendues agissent comme une police d’assurance. On peut également rouler la position en rachetant les options vendues et en vendant d’autres options d’achat ayant un prix de levée différent avec la même ou une autre échéance. Cela dépend de nos anticipations sur le titre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *