Autre
J'aime

La vente d’options de vente pour acheter les actions

Martin Noël
7 novembre, 2011
981 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 7 minutes
no-cover

La vente d’options de vente oblige le signataire (le vendeur) à acheter les actions sous-jacentes au contrat d’option. On dit que la vente d’options de vente est une stratégie très risquée. Est-ce le cas? En effet, la vente d’options de vente est une stratégie très risquée, à tout le moins aussi risquée de d’acheter directement les actions. Lorsqu’on achète des actions, le risque maximal est égal à la valeur des actions. Il en va de même avec la vente des options de vente. Le risque maximal est égal à la valeur des actions qu’on pourrait acheter. C’est-à-dire qu’il est possible de perdre la valeur du prix de levée. L’avantage avec la vente des options de vente c’est qu’au moins on aura encaissé une prime, ce qui réduira notre perte en cas de baisse. Donc, au niveau du risque, l’achat des actions et la vente des options de vente sont des stratégies équivalentes avec un léger avantage pour la vente des options de vente.

Regardons maintenant le potentiel de profit si les actions font du surplace et qu’elles évoluent dans un intervalle restreint autour du prix actuel. Dans ce cas, la détention des actions ne nous rapportera presque rien sauf s’il y a un versement de dividende dans l’intervalle. Du côté de la vente d’options de vente, l’érosion de la valeur-temps nous permet de générer un rendement supplémentaire sans détenir les actions. Avantage à la vente d’options de vente.

Si les actions montent cependant, la détention des actions s’avère alors la grande gagnante car nous sommes en mesure de profiter de la pleine valeur de la hausse alors qu’avec la vente des options de vente le profit maximal est limité à la prime qu’on aura reçue.

Donc en résumé, si le marché baisse ou qu’il fait du surplace alors c’est la vente d’options de vente qui performera le mieux alors que si le titre grimpe, c’est la détention des actions qui faudra privilégier. Nous pouvons donc conclure que la vente des options de vente n’est pas plus risquée que la détention des actions et que le seul risque est de ne pas pouvoir profiter de la pleine hausse du titre. C’est ce qu’on appelle un risque d’opportunité.

Par conséquent, si vous désirez détenir les actions et ne pas courir le risque que le prix monte sans vous, alors il faut acheter les actions immédiatement. Cependant, si vous estimez que le prix actuel des actions que vous convoitez est trop élevé et qu’un achat ne serait justifié qu’à un prix inférieur alors la vente d’options de vente avec un prix de levée inférieur au marché est un bon substitut à un ordre à cours limite au même prix sur le marché des actions. Dans les deux cas vous serez détenteur des actions en cas de baisse de celles-ci. Vous achèterez sur faiblesse. Mais avec les options de vente vous aurez encaissé une prime qui équivaut à vous faire payer pour acheter vos actions.

Le facteur de succès principal avec cette stratégie n’est pas différent de celui qui vous permettra d’avoir du succès avec l’achat des actions. C’est-à-dire qu’il faut faire ses devoirs et faire une analyse approfondie, tant fondamentale que technique, des titres convoités car la décision première porte toujours sur le titre et non sur la stratégie d’options. Si vous ne voulez pas manquer la hausse du titre alors vous l’achetez directement sur le marché des actions. Alors que si vous voulez l’acheter sur faiblesse, vous savez maintenant que vous pouvez vous faire payer pour acheter vos actions en vendant des options de vente avec un prix de levée qui correspond à votre prix cible.

Comme toujours avant de mettre en place des stratégies d’options assurez-vous d’être à l’aise avec les scénarios proposés et d’être prêts à en assumer tous les risques.

Revue de la semaine

Un jour les problèmes de la Grèce seront réglés et ce sera tant mieux. En attendant, le marché devra s’habituer à la volatilité qui fait parti du paysage. Après la Grèce, l’Italie? L’Espagne…? À suivre.

Cette semaine le XIU a perdu 0,95 %, le XFN a fondu de 3,83 %, le XEG a baissé de 1,07 %, et le XGD a augmenté de 3,48 %. Le dollar américain a ajouté 2,69 %.

Les tendances sont à la baisse pour XIU, XFN, et à la hausse pour le XEG et le XGD. La tendance principale est à la hausse pour le dollar américain.

Le tableau suivant illustre le prix de fermeture en date du vendredi 4 novembre 2011 ainsi que la tendance principale à moyen terme (un mois ou plus).

XIU XFN XEG XGD $USDCAD
2011-11-04
17,74 $
21,12 $
17,58 $
26,49 $
101,86
2011-10-28
17,91 $
21,96 $
17,77 $
25,60 $
99,19
Variation
-0,17 $
-0,84 $
-0,19 $
+0,89 $
+2,67
Variation %
-0,95%
-3,83%
-1,07%
+3,48%
+2,69%
Tendance
Baisse Baisse Hausse Hausse
(changement)
Hausse

Bonnes transactions et bonne semaine!

Martin Noël
Martin Noël http://lesoptions.com/

Président

Corporation Financière Monetis

Martin Noël a obtenu un MBA en services financiers de l'UQÀM en 2003. La même année, il a reçu le Brevet de l'Institut des banquiers canadiens et la Médaille d'argent pour ses efforts remarquables dans le cadre du Programme de formation bancaire professionnelle. Monsieur Noël a commencé sa carrière dans le domaine des instruments dérivés en 1983 à titre de mainteneur de marché sur options, sur le parquet de la Bourse de Montréal, pour le compte de diverses firmes de courtage. Il a également occupé le poste de spécialiste sur options et, par la suite, de négociateur indépendant. En 1996, monsieur Noël est entré au service de la Bourse de Montréal à titre de responsable du marché des options où il a contribué au développement du marché canadien des options. En 2001, il a participé à la création de l'Institut des dérivés de la Bourse de Montréal où il a œuvré à titre de conseiller pédagogique. Depuis 2005, Martin est chargé de cours à l'UQÀM où il enseigne un cours sur les instruments dérivés au deuxième cycle. Depuis mai 2009, il est président à temps plein de la CORPORATION FINANCIÈRE MONÉTIS, une société active dans la négociation professionnelle et en communication financière. Martin agit comme collaborateur régulier en matière d’options pour la Bourse de Montréal.

410 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut