Concepts
J'aime

Prendre une position locative misant sur la hausse des marchés canadiens

Patrick Ceresna
12 avril, 2019
554 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 8 minutes
Prendre une position locative misant sur la hausse des marchés canadiens

L’incertitude qu’entretiennent les investisseurs canadiens a tout à voir avec les signaux contradictoires simultanés d’un marché haussier et d’une économie canadienne déclinante.

L’idée d’une perspective de ralentissement économique provient directement des hautes sphères. En effet, dans son annonce du 6 mars dernier relative aux taux, la Banque du Canada a adopté une position de compromis, indiquant clairement qu’elle mettait non seulement les hausses de taux en attente, mais qu’elle envisagerait des baisses si l’économie devait commencer à se détériorer. Un tel changement d’orientation de la part du gouverneur de notre banque centrale pour assouplir sa politique ne peut que témoigner de préoccupations croissantes à l’égard d’un ralentissement de l’économie du pays.

Ajoutez à cela la baisse soudaine du marché du logement, lequel connaît sa première dépréciation depuis des décennies, et la négociation du pétrole brut WTI autour de 60,00 $ le baril (au moment de la rédaction du présent billet) : il commence à être difficile de voir le verre à moitié plein.

À la surprise de bien des pessimistes, le marché canadien des actions demeure robuste, son volume de négociation n’étant inférieur à ses sommets historiques que de quelques points de pourcentage. Qu’est-ce qui explique cette contradiction? Fait plutôt intéressant, tout au long de l’histoire des marchés, la corrélation entre l’économie et les actions s’est révélée étonnamment divergente, certains des meilleurs rendements boursiers ayant été enregistrés alors que l’économie se portait tant bien que mal.

Les investisseurs devraient-ils donc faire fi de l’actuelle confusion des marchés et conserver de fortes positions d’investissement?

Peut-être bien. D’un autre côté, cette conjoncture économique se présente souvent juste avant une récession, laquelle peut marquer le début d’un marché baissier.

Que peut faire l’investisseur canadien?

Mobiliser des fonds et prendre une position locative misant sur la hausse des marchés au moyen d’options d’achat. Rarement une telle stratégie s’est-elle avérée aussi bon marché et plus appropriée.

L’un des meilleurs moyens d’illustrer cet argument consiste à observer l’indice VIXC, qui mesure la volatilité implicite sur 30 jours du marché canadien des actions au moyen des options sur l’indice S&P/TSX 60 (SXO). Dans le graphique ci-dessus, on peut constater qu’après des flambées de très courte durée, la valeur plancher de l’indice s’est établie à 10 points. Plus la volatilité est faible, plus le prix de l’option est bas, puisque celui-ci témoigne d’une prévision de variation réduite de la valeur de l’indice.

Alors, comment fonctionne la stratégie (de position locative misant sur la hausse des marchés) et convient-elle à vos besoins?

Dans l’exemple qui suit :

  • l’investisseur détient 1 000 parts du fonds négocié en bourse S&P/TSX 60 Index ETF (XIU);
  • les parts de XIU se négocient à 24,42 $ (le 2 avril 2019);
  • l’option d’achat à 22,00 $ échéant le 20 septembre 2019 se négocie contre une prime de 2,62 $ (valeur intrinsèque de 2,42 $; valeur temps de 0,20 $; delta de 0,8201).

L’investisseur vend ses 1 000 parts de XIU et mobilise 24 420,00 $ en liquidités. Il serait particulièrement intéressant d’exécuter cette opération dans un compte enregistré, puisqu’elle ne déclencherait alors aucune disposition imposable.

L’investisseur achète ensuite 10 options d’achat à 22,00 $ échéant le 20 septembre 2019. Il débourse 2,62 $ l’action pour un total de 2 620,00 $. Il met les 21 800,00 $ de liquidités qu’il lui reste (24 420,00 $ – 2 620,00 $) de côté en sécurité, les investissant sur le marché monétaire où il récoltera des intérêts.

Il est important pour l’investisseur qui découvre la négociation d’options de comprendre qu’en achetant les options d’achat au prix d’exercice de 22,00 $ (lui donnant le droit d’acheter les actions à 22,00 $), il a synthétiquement acheté une portion de l’action correspondant à 2,42 $ (9,90 % du sous-jacent). Dans cet exemple, le coût de « location » des actions au moyen des options correspond à la valeur temps de 0,20 $ par action pour un total de 200,00 $.

Quel est le résultat? Examinons deux scénarios.

Dans le premier scénario, le marché canadien des actions continue de monter. Dans ce cas, au mois de septembre, l’investisseur peut simplement exercer les options d’achat et acheter les 1 000 actions au prix unitaire de 22,00 $, qui s’ajoute aux 2,62 $ déjà payés (seuil de rentabilité de 24,62 $).

Source : OptionsPlay

Dans le second scénario, l’indice S&P/TSX 60 chute de 20 %, sous le creux de décembre 2018. La perte de l’investisseur se limite à la prime de 2,62 $, l’option échéant sans valeur. Bien que l’option perde la totalité de sa valeur à l’échéance, l’investisseur ne réalise qu’une perte représentant 10,72 % du produit en liquidités de la vente des parts initiales de XIU. Surtout, il dispose de liquidités pour acheter des titres à prix réduit sur le marché en prévision de la reprise.

La principale chose à retenir est celle-ci : la stratégie présentée ici permet à l’investisseur de continuer à profiter de toute hausse du marché, tout en sachant que, même si une récession et un marché baissier devaient se manifester, l’essentiel de ses avoirs est constitué de liquidités et sa perte maximale est bien définie. Dans ce cas, le fait de dépenser 200,00 $ en valeur temps pour prendre une position locative misant sur la hausse des marchés, tout en limitant la perte maximale à 10,72 % (du produit de la vente en liquidités), peut constituer un placement valable compte tenu de la situation actuelle du marché.

Les stratégies décrites dans le présent blogue ne sont présentées qu’à des fins d’information et de formation. Elles ne doivent pas être interprétées comme étant des recommandations d’acheter ou de vendre quelque valeur mobilière que ce soit. Comme toujours, avant de mettre en œuvre des stratégies sur options, assurez-vous d’être à l’aise avec les scénarios proposés et d’être prêt à en assumer tous les risques.

Patrick Ceresna
Patrick Ceresna http://www.bigpicturetrading.com

Gestionnaire spécialisé en produits dérivés

Big Picture Trading Inc.

Patrick Ceresna is the founder and Chief Derivative Market Strategist at Big Picture Trading. Patrick is a Chartered Market Technician, Derivative Market Specialist and Canadian Investment Manager by designation. In addition to his role at Big Picture Trading, Patrick is an instructor on derivatives for the TMX Montreal Exchange, educating investors and investment professionals across Canada about the many valuable uses of options in their investment portfolios. Patrick is also co-host to the MacroVoices weekly podcasts. Patrick specializes in analyzing the global macro market conditions and translating them into actionable investment and trading opportunities. With his specialization in technical analysis, he bridges important macro themes with the attempt to understand when those trends are beginning and understanding where they likely to go. With his expertise in options trading, he seeks to create opportunities that leverage returns, while managing/defining risk and or generating consistent enhanced income. Patrick has designed and teaches Big Picture Trading's Technical, Options and Macro Masters Programs while providing the content for the members in regards to daily live market analytic webinars, alert services and model portfolios.

113 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut