Autre
J'aime

Quelques stratégies haussières sur Canadian Tire (CTC.A)

Martin Noël
21 novembre, 2011
998 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 6 minutes
no-cover

Le bénéfice de Canadian Tire (CTC.A) a augmenté de 36 % ce dernier trimestre par rapport au même trimestre l’an dernier alors que les ventes bondissaient de 16,3 %. Le titre s’est apprécié après la publication de ces résultats et il a confirmé un signal d’achat en surpassant son sommet récent de 60,87 $ pour clôturer la semaine à 62,66 $. En supposant qu’on puisse acheter les actions au prix de vendredi dernier de 62,66 $ et que notre objectif de rendement soit de 20 % au cours des trois prochains mois, notre prix cible serait alors de 75,19 $. En établissant une perte maximale de 7 %, notre prix stop ce siturait à 58,27 $. Nous avons donc ici un ratio rendement/risque de 3 contre 1. Ne reste plus qu’à déterminer combien de capital nous sommes prêts à investir dans cette position. Supposons que nous soyons prêts à mettre 20 000 $ dans l’achat des actions de CTC.A. Par conséquent, nous pouvons donc acheter 319 actions pour un total de 19 989 $. Notre profit potentiel est de 4 000 $. Nous avons déjà déterminé que notre perte maximale serait de 7 %, soit 1 400 $. Nous pouvons donc prendre cette somme et établir des stratégies d’options qui limiteraient alors notre perte à cette somme.

C’est donc 19 options d’achat CTC 2012 FEV 68 C à 0,75 $ que nous pouvons acheter pour un total de 1 425 $. À l’échéance, si CTC.A se situe à 75,19 $, la valeur des options d’achat sera de 7,19 $ pour un profit potentiel de 6,44 $ par actions pour un total de 12 236 $. Trop beau pour être vrai? En effet, peut-être que notre objectif de 20 % est un peu trop optimiste. Alors baissons-le à 10 %.

Notre prix cible est maintenant de 68,93 $ et notre profit potentiel est de 2 000 $. Afin de respecter notre ratio rendement/risque de 3 contre 1, nous devons limiter notre perte à 3,5%, soit un prix stop à 60,46 $ pour une perte maximale totale de 700 $. C’est donc cette dernière somme que nos pouvons investir dans les options.

Avec un objectif de 10 %, c’est l’achat de 3 contrats options d’achat CTC 2012 FEV 64 C à 2,10 $ qui offre le meilleur effet de levier. Le prix cible des options à l’échéance, si le prix du titre est de 68,93 $, est de 4,93 $ pour un profit de potentiel de 2,83$ par actions pour un total de 849 $. C’est loin de notre objectif de 2 000 $ sur le titre. L’achat d’options d’achat dans ce cas n’est pas la bonne stratégie. Regardons du côté des écarts haussiers alors.

Nous pouvons acheter 13 contrats d’options d’achat CTC 2012 FEV 66 C à 1,30 $ et vendre 13 contrats d’options d’achat CTC 2012 FEV 68 C à 0,75 $ pour un débit de 0,55 $ par action et un total de 715 $. Le profit maximal est limité à la différence entre les deux prix de levée, soit 2 $, moins la prime de 0,55 $, soit 1,45 $ par actions ou de 1 885 $. Cette stratégie correspond à nos objectifs de rendement et de risque et peut donc être prise en considération. L’avantage avec la stratégie d’options tient au fait que la perte maximale est limitée à la prime payée alors qu’avec la détention des actions, il est toujours possible de perdre plus en cas de pertes importantes et soudaines.

Nous pouvons donc constater qu’en fonction de notre objectif de rendement et des options qui sont disponibles, le choix des options à acheter pourra différer. Il faut donc valider nos scénarios et ne pas choisir nos options au hasard.

Comme toujours avant de mettre en place des stratégies d’options assurez-vous d’être à l’aise avec les scénarios proposés et d’être prêts à en assumer tous les risques.

Revue de la semaine
Il semblerait maintenant que l’attention sera désormais portée sur l’Italie comme nous avons pu le constater cette semaine alors que les marchés chutaient suite à la hausse des taux obligataires italiens de 10 ans au-dessus de 7 % et que les marchés remontaient suite à la baisse des taux sous les 7 %. Les marchés sont nerveux et les investisseurs ont le doigt sur la gâchette, prêts à tirer à la moindre inquiétude.

Cette semaine le XIU a perdu 1,01 %, le XFN a baissé de 1,42 %, le XEG a laissé tomber 1,48 %, et le XGD a augmenté de 1,09 %. Le dollar américain a perdu 0,80 %.

Les tendances sont à la baisse pour XIU, XFN, et à la hausse pour le XEG et le XGD. La tendance principale est à la hausse pour le dollar américain.

Le tableau suivant illustre le prix de fermeture en date du vendredi 11 novembre 2011 ainsi que la tendance principale à moyen terme (un mois ou plus).

XIU XFN XEG XGD $USDCAD
2011-11-11
17,56 $
20,82 $
17,32 $
26,78 $
101,05
2011-11-04
17,74 $
21,12 $
17,58 $
26,49 $
101,86
Variation
-0,18 $
-0,30 $
-0,26 $
+0,29 $
-0,81
Variation %
-1,01%
-1,42%
-1,48%
+1,09%
-0,80%
Tendance
Baisse Baisse Hausse Hausse Hausse

Bonnes transactions et bonne semaine!

Martin Noël
Martin Noël http://lesoptions.com/

Président

Corporation Financière Monetis

Martin Noël a obtenu un MBA en services financiers de l'UQÀM en 2003. La même année, il a reçu le Brevet de l'Institut des banquiers canadiens et la Médaille d'argent pour ses efforts remarquables dans le cadre du Programme de formation bancaire professionnelle. Monsieur Noël a commencé sa carrière dans le domaine des instruments dérivés en 1983 à titre de mainteneur de marché sur options, sur le parquet de la Bourse de Montréal, pour le compte de diverses firmes de courtage. Il a également occupé le poste de spécialiste sur options et, par la suite, de négociateur indépendant. En 1996, monsieur Noël est entré au service de la Bourse de Montréal à titre de responsable du marché des options où il a contribué au développement du marché canadien des options. En 2001, il a participé à la création de l'Institut des dérivés de la Bourse de Montréal où il a œuvré à titre de conseiller pédagogique. Depuis 2005, Martin est chargé de cours à l'UQÀM où il enseigne un cours sur les instruments dérivés au deuxième cycle. Depuis mai 2009, il est président à temps plein de la CORPORATION FINANCIÈRE MONÉTIS, une société active dans la négociation professionnelle et en communication financière. Martin agit comme collaborateur régulier en matière d’options pour la Bourse de Montréal.

410 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut