La stratégie du cylindre pour préserver les profits accumulés sur VRX

Martin Noël
25 mai, 2015
1219 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 5 minutes
no-cover

Comme nous pouvons le constater sur le graphique ci-dessous, le prix des actions de Valeant Pharmaceuticals (VRX) est en forte croissance, ayant plus que doubler depuis son creux du mois d’octobre à 125,50 $. Après une pause de quelques mois, le voilà qui reprend sa route vers de nouveaux sommets.

Depuis son creux de 234,94 $ enregistré le 28 avril dernier, VRX a ajouté plus de 20% en date de vendredi dernier. Un investisseur qui détient les actions de VRX dans son portefeuille depuis plus d’un an et qui voudrait obtenir une protection à coût nul en cas de baisse, tout en tirant avantage d’une poursuite de la hausse, pourrait mettre en place la stratégie du cylindre (« collar » en anglais) qui consiste à vendre une option d’achat hors jeu et à se servir de la prime reçue pour acheter une option de vente hors jeu afin de fixer un prix plancher aux actions. Cette position est idéalement établie à un coût neutre lorsque c’est possible, sinon on cherchera à l’établir avec le plus petit débit possible.

Une fois établie, la stratégie du cylindre nous permet de vendre nos actions sur force et nous garantie de pouvoir vendre nos actions à un prix acceptable en cas de baisse. L’objectif étant de profiter de la continuation de la hausse pour augmenter le profit actuel tout en nous permettant de préserver une portion appréciable de celui-ci en cas de chute.

Graphique quotidien de VRX (291,64 $, vendredi 22 mai 2015)

Voici l’information disponible à la fermeture du marché, le vendredi 22 mai 2015 :

VRX = 291,64 $
VRX 150717 C 300 = 9,55 $
VRX 150717 P 280 = 9,95 $

Avec cette stratégie, si VRX poursuit sa hausse, nous devons être prêts à vendre nos actions VRX. Par conséquent, nous pouvons vendre des options d’achat du mois de juillet 2015 ayant un prix de levée de 300 $ (VRX 150717 C 300) à 9,55 $ par action. La vente de ces options d’achat nous oblige à vendre nos actions à 300 $ si VRX est supérieur au prix de levée à l’échéance du mois de juillet. La prime reçue nous offre une protection contre une baisse inférieure à 9,55 $. Nous ne sommes nullement protéger contre des baisses plus importantes. Par conséquent, nous nous servirons donc de la prime reçue pour financer en partie l’achat d’options de vente afin de préserver une part importante des profits accumulés. Les options de vente du mois de juillet 2015 ayant un prix de levée de 280 $ (VRX 150717 P 280) sont disponibles au prix de 9,95 $ par action. En achetant ces dernières, nous pouvons construire la stratégie du cylindre à un faible coût, soit un débit de 0,40 $ par action ou de 40 $ par contrat.

Le graphique suivant nous montre le profil de profits et pertes du cylindre sur VRX.

On peut constater que le profit potentiel à la hausse est de 796 $ et la perte potentielle en cas de baisse est de 1 204 $ par rapport au cours actuel. C’est donc une stratégie qui nous permet de tirer avantage d’une hausse sur VRX et d’obtenir un prix plancher en cas de baisse sous le prix de levée de 280 $. Si à l’échéance du mois de juillet le prix de VRX se maintient entre les prix de levée de 280 $ et 300 $, nous conserverons les actions alors que si le prix se situe à l’extérieur de ces deux prix de levée, nous vendrons les actions. Par conséquent, avant de mettre en place une telle stratégie, nous devons être d’accord avec le fait qu’on risque de vendre les actions.
Bonnes transactions et bonne semaine!

Les stratégies présentées dans le cadre de cette chronique ne le sont qu’à titre d’information et de formation et ne doivent pas être interprétées comme étant des recommandations pour acheter ou vendre toutes valeurs mobilières. Comme toujours avant de mettre en place des stratégies d’options assurez-vous d’être à l’aise avec les scénarios proposés et d’être prêts à en assumer tous les risques.

Martin Noël
Martin Noël http://lesoptions.com/

Président

Corporation Financière Monetis

Martin Noël a obtenu un MBA en services financiers de l'UQÀM en 2003. La même année, il a reçu le Brevet de l'Institut des banquiers canadiens et la Médaille d'argent pour ses efforts remarquables dans le cadre du Programme de formation bancaire professionnelle. Monsieur Noël a commencé sa carrière dans le domaine des instruments dérivés en 1983 à titre de mainteneur de marché sur options, sur le parquet de la Bourse de Montréal, pour le compte de diverses firmes de courtage. Il a également occupé le poste de spécialiste sur options et, par la suite, de négociateur indépendant. En 1996, monsieur Noël est entré au service de la Bourse de Montréal à titre de responsable du marché des options où il a contribué au développement du marché canadien des options. En 2001, il a participé à la création de l'Institut des dérivés de la Bourse de Montréal où il a œuvré à titre de conseiller pédagogique. Depuis 2005, Martin est chargé de cours à l'UQÀM où il enseigne un cours sur les instruments dérivés au deuxième cycle. Depuis mai 2009, il est président à temps plein de la CORPORATION FINANCIÈRE MONÉTIS, une société active dans la négociation professionnelle et en communication financière. Martin agit comme collaborateur régulier en matière d’options pour la Bourse de Montréal.

410 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut