Options sur indices
J'aime

L’indice MX des ventes d’options d’achat couvertes MCWX (suite)

Martin Noël
22 février, 2016
2018 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 4 minutes
L’indice MX des ventes d’options d’achat couvertes MCWX (suite)

Dans l’article de la semaine dernière, nous vous avons présenté l’indice MX des ventes d’options d’achat couvertes (MCWX). Cette semaine, j’aimerais vous présenter une analyse comparative des rendements entre l’indice MCWX et le fond négocié en bourse iShares S&P/TSX 60 (XIU) pour la période du 4 octobre 1999 au 5 février 2016.


Le graphique des rendements quotidiens – MCWX vs XIU

Comme nous pouvons le constater sur le graphique précédent, la vente d’options d’achat telle que représentée par l’indice MCWX permet d’obtenir à moyen et à long terme un rendement équivalent aux actions sous-jacentes XIU. Nous pouvons également observer qu’il est même possible d’obtenir des rendements supérieurs aux actions sous-jacentes pendant des périodes plus ou moins longues. Une évidence saute aux yeux. Les rendements de l’indice MCWX sont beaucoup moins volatils que ceux des actions sous-jacentes XIU. En effet, nous pouvons constater que durant les périodes de fortes baisses, telles que nous les avons vécues de, 2000 à 2003, 2008 à 2009, 2011 à 2012 et 2014 à 2016, l’indice MCWX a beaucoup mieux performé que XIU grâce à l’encaissement de la prime des options d’achat vendues qui est venu réduire les pertes. À l’opposé, durant les poussées haussières importantes que nous pouvons voir de 1999 à 2000 et de 2003 à 2008, la simple détention des parts XIU a généré de meilleurs rendements. Cependant, on prendra note que depuis 2009 la vente d’options d’achat sur les parts XIU est dure à battre. De 2009 à 2011, MCWX a réussi à générer les mêmes rendements que XIU. Après la baisse en 2011, MCWX a réussi à se démarquer positivement alors que XIU revenait tester, en 2012, son bas de 2011. Cependant, une fois la baisse terminée XIU reprenait son envol avec vengeance et récupérait tout le terrain perdu pour rejoindre MCWX aux sommets de 2014 et de 2016. Finalement, la récente débâcle du marché met en lumière la capacité de la vente d’options d’achat couvertes à offrir une protection intéressante en cas de baisse. Au final, pour la période du 4 octobre 1999 au 5 février 2016, le rendement obtenu par MCWX est de 102% par rapport à 82% pour XIU. On comprend maintenant mieux pourquoi la vente d’options d’achat couverte est si populaire auprès des investisseurs.

Au cours des prochaines semaines, j’aurai l’occasion de revenir sur le sujet en vous présentant des stratégies de ce type sur des titres individuels ainsi que des analyses comparatives impliquant la gestion active de la vente d’options d’achat couvertes sur les parts XIU. Nous aurons l’opportunité de suivre l’évolution de ces portefeuilles tout au long de l’année par la suite.

Bonnes transactions et bonne semaine!

Les stratégies présentées dans le cadre de cette chronique ne le sont qu’à titre d’information et de formation et ne doivent pas être interprétées comme étant des recommandations pour acheter ou vendre toutes valeurs mobilières. Comme toujours avant de mettre en place des stratégies d’options assurez-vous d’être à l’aise avec les scénarios proposés et d’être prêts à en assumer tous les risques.

Martin Noël
Martin Noël http://lesoptions.com/

Président

Corporation Financière Monetis

Martin Noël a obtenu un MBA en services financiers de l'UQÀM en 2003. La même année, il a reçu le Brevet de l'Institut des banquiers canadiens et la Médaille d'argent pour ses efforts remarquables dans le cadre du Programme de formation bancaire professionnelle. Monsieur Noël a commencé sa carrière dans le domaine des instruments dérivés en 1983 à titre de mainteneur de marché sur options, sur le parquet de la Bourse de Montréal, pour le compte de diverses firmes de courtage. Il a également occupé le poste de spécialiste sur options et, par la suite, de négociateur indépendant. En 1996, monsieur Noël est entré au service de la Bourse de Montréal à titre de responsable du marché des options où il a contribué au développement du marché canadien des options. En 2001, il a participé à la création de l'Institut des dérivés de la Bourse de Montréal où il a œuvré à titre de conseiller pédagogique. Depuis 2005, Martin est chargé de cours à l'UQÀM où il enseigne un cours sur les instruments dérivés au deuxième cycle. Depuis mai 2009, il est président à temps plein de la CORPORATION FINANCIÈRE MONÉTIS, une société active dans la négociation professionnelle et en communication financière. Martin agit comme collaborateur régulier en matière d’options pour la Bourse de Montréal.

410 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut