Gestion de risque
J'aime

Il est avantageux de tenir le rôle de l’assureur

Hans Albrecht
4 mai, 2017
287 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 4 minutes
Il est avantageux de tenir le rôle de l’assureur

L’évaluation des options, comme celle des produits d’assurance, suppose une valeur relative. À titre d’exemple, une prime annuelle de 300 $ pour une assurance vie d’une couverture de 1 M$ constitue un coût raisonnable si l’assuré est jeune et en santé. En revanche, la même prime annuelle de 300 $ pour assurer la vie d’un fumeur de 65 ans qui souffre d’hypertension est bien insuffisante.

Lorsqu’il est question d’assurance vie, on peut associer le « risque » à tout événement susceptible de contraindre l’assureur à verser une prestation. Un examen des faits passés permet d’estimer le risque selon sa réalisation ou non dans le cas de personnes comparables à l’assuré. Les compagnies d’assurance vie prennent en compte les probabilités qu’une personne subisse des blessures, qu’elle soit atteinte d’une maladie ou encore qu’elle décède. Elles établissent ensuite la prime appropriée pour assurer cette personne et répartissent les risques encourus entre un grand nombre de personnes. En somme, les compagnies d’assurance évaluent ce que les négociateurs d’options appellent la volatilité historique, soit le « risque » que présente une personne d’un âge et d’un état de santé déterminés.

Dans le marché des options, le risque est simplement le « risque de fluctuation ». Dans ce contexte, le risque que le cours d’un titre franchisse un prix de levée s’apparente au risque qu’une personne soit frappée d’une maladie grave, la santé et la maladie se trouvant en quelque sorte de chaque côté du « prix de levée ». Les deux situations ont des conséquences pour la compagnie d’assurance qui doit attribuer une probabilité de réalisation et une valeur à chacune d’elles. Cette valeur correspond au coût de l’option!

Tant les compagnies d’assurance que les négociateurs d’options examinent la volatilité historique pour apprécier les risques passés et leur attribuer une valeur adéquate sous la forme du prix de l’option. Ces derniers temps, le cours de l’indice VIX, qui mesure la valeur d’une assurance de 30 jours sur l’indice S&P 500, indique un niveau de risque particulièrement élevé par rapport au risque de fluctuation des cours des titres sous-jacents. Bien qu’il n’ait pas atteint un niveau aussi élevé, le cours de l’indice VIXC, le pendant canadien du VIX, indique lui aussi un prix des options accru par rapport à la fluctuation des cours des titres sous-jacents.

Le 17 avril dernier, le cours de 16,23 $ du VIX correspondait tout simplement à une surévaluation d’une volatilité (fluctuation) historique sur 10 jours de 6,96 $. En substance, c’est un peu comme si un assureur avait demandé un montant de 16,23 $ pour un risque évalué à 6,96 $. De la même façon, le VIXC surévaluait de façon un peu moins marquée, mais tout de même généreuse, soit de 37 %, la valeur des options par rapport aux récentes fluctuations des cours. Aux États-Unis, l’écart atteint presque un sommet des cinq dernières années. Somme toute, la vente de produits d’assurance permet de faire de bonnes affaires.

Hans Albrecht
Hans Albrecht http://www.horizonsetfs.com/

Vice-président, gestionnaire de portefeuille et stratège en options

Horizons ETFs Management (Canada) Inc (les « FNB »)

Hans Albrecht est vice-président, gestionnaire de portefeuille et stratège en options chez Horizons ETFs Management (Canada) Inc. Il est cogestionnaire de l’un des plus grands portefeuilles d’options au Canada ainsi que de FNB d’options d’achat couvertes représentant 800 millions de dollars, et il supervise les activités quotidiennes liées aux options. M. Albrecht a également été teneur de marché sur options sur le parquet et a négocié un vaste portefeuille à haute volatilité pour la Financière Banque Nationale pendant de nombreuses années. Il a donné des conférences à l’université McGill et a participé à de nombreux panels d’experts en produits dérivés. Il a été cité par Bloomberg et dans Investment Advisor et le Globe and Mail, et il est un collaborateur régulier à BNN. Il est lauréat du prix Lipper pour FNB.

5 articles
1 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *