Concepts
1

La vente d’options d’achat couvertes, une stratégie qui s’apparente à la perception de loyers mensuels auprès de locataires

Richard Ho
21 novembre, 2018
97 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 6 minutes
La vente d’options d’achat couvertes, une stratégie qui s’apparente à la perception de loyers mensuels auprès de locataires

Posséder un immeuble à revenu comporte ses avantages et ses inconvénients. En tant que propriétaire, vous avez le droit de percevoir un loyer mensuel auprès de vos locataires. Par ailleurs, vous êtes autorisé à déduire de votre revenu de location les dépenses liées à la détention de l’immeuble. D’autre part, la valeur de l’immeuble est susceptible de croître. Pour ces raisons, on peut affirmer que la détention d’un immeuble locatif constitue une stratégie de placement parfaitement rationnelle. Mais il y a aussi des inconvénients à posséder un immeuble locatif. Parmi ceux-ci figure le risque lié aux locataires. Rien ne garantit que les locataires paieront leur loyer à temps. En tant que propriétaire, vous pourriez même devoir traîner des locataires devant les tribunaux simplement pour les expulser. Par ailleurs, certains propriétaires doivent régulièrement faire appel à des hommes à tout faire pour effectuer d’innombrables travaux de réparation. Parmi les autres désavantages que présente la détention d’un immeuble locatif figure le manque de liquidité et la concentration de l’actif. De plus, la mise de fonds et le remboursement de l’hypothèque sur une vingtaine d’années exigent du propriétaire de l’immeuble qu’il immobilise des capitaux substantiels. De même, les taxes foncières et scolaires ainsi que les frais d’assurance relatifs à la détention de l’immeuble doivent être pris en compte. Enfin, imaginez ceci : vous êtes propriétaire d’un immeuble locatif, puis, une nuit où le mercure oscille autour de -20 °C à l’extérieur, un de vos locataires vous appelle pour vous informer que les tuyaux d’eau ont éclaté dans son appartement ou encore que son réfrigérateur ne fonctionne plus. Personnellement, ce n’est pas le genre d’appel que j’aimerais recevoir à deux heures du matin.

Il existe toutefois une solution de rechange à la stratégie de possession d’un immeuble à revenu. En effet, un investisseur qui détient un compte de négociation d’options peut « louer » ses actions en vue de percevoir un revenu mensuel (voire hebdomadaire), et ce, dans le confort de son foyer. La mise en œuvre d’une telle stratégie de placement est autorisée dans les comptes enregistrés et non enregistrés.

 

Cette stratégie porte le nom de vente d’options d’achat couvertes. Pour la réaliser, vous devez :

  1. acheter des actions qui vous plaisent (comme dans le cas d’un immeuble à revenu, vous souhaitez acheter un actif dont la valeur se maintiendra ou augmentera au fil du temps);
  2. établir le prix auquel vous aimeriez revendre vos actions (cela s’apparente au prix auquel un locataire s’engagerait à acheter votre immeuble).

 

 

L’achat d’actions dans votre compte de négociation est simple. Pour ce faire, il vous suffit de soumettre un ordre d’achat en inscrivant le symbole boursier, le nombre d’actions visées et le prix d’achat. Pour le volet option de la stratégie, vous effectuez la vente d’options d’achat en ouverture. N’oubliez pas de cocher la case « couverture ». Cela indique que vous affectez en garantie, pour les options d’achat vendues, les actions que vous détenez dans le compte. (* Pour chaque tranche de 100 actions détenue, une option d’achat peut être vendue.)

 

Résultats possibles de la stratégie de vente d’options d’achat couvertes

Prix d’achat des actions : 10,00 $

Prime de l’option d’achat : 0,30 $ (rendement de 3 % sur le prix de l’action)

Prix d’exercice : 12,00 $ (gain en capital potentiel de 20 %)

RCI : Rendement potentiel de 23 % sur un mois

 

 

Cette stratégie de placement consiste à vendre des options d’achat qui sont couvertes par une position acheteur sur actions équivalente. Elle vous procure une couverture de l’action à hauteur du montant de la prime reçue et vous permet de gagner un revenu sous forme de primes, en échange de quoi vous renoncez temporairement au potentiel de hausse du cours des actions.

En conclusion, le principal objectif de cette stratégie de placement est l’engrangement de revenus supplémentaires, lequel contribue à accroître le rendement global des actions détenues et fournit une certaine protection contre le risque de chute du cours. Les meilleurs candidats pour la mise en œuvre d’une stratégie de vente d’options d’achat couvertes sont les détenteurs d’actions qui sont favorablement disposés à vendre leurs actions advenant une augmentation de leur cours et la réception d’un avis assignation.

 

Pour en savoir davantage, visitez l’adresse m-x.ca/education.

 

Richard Ho
Richard Ho http://www.m-x.ca

Directeur principal, dérivés sur actions

TMX | Bourse de Montréal

Richard Ho, gestionnaire principal des dérivés sur actions à la Bourse de Montréal (TMX), travaille dans le secteur financier depuis plus de 14 ans. Avant de se joindre à TMX en 2006, il travaillait dans une maison de courtage nationale où il exécutait des opérations pour des clients actifs et fortunés. Dans sa fonction actuelle de gestionnaire principal des dérivés sur actions, Richard dirige divers projets et partenariats axés sur l’éducation auprès de maisons de courtage dans le but d’aider les investisseurs autonomes à s’adapter à l’utilisation des options sur actions. Il met l’accent sur l’élaboration de portefeuilles d’options et de stratégies sur options selon des prévisions directionnelles et des risques définis à l’avance. Il a également élaboré des programmes destinés à enseigner aux investisseurs comment recourir à des stratégies sur options pour générer un revenu continu et pour couvrir leurs portefeuilles en période de haute volatilité. Richard détient les titres de gestionnaire spécialisé en produits dérivés (GSPD) et d’analyste en placement non traditionnel agréé (CAIA). Aidant de tout son pouvoir les investisseurs à approfondir leurs connaissances sur les options, Richard détient fièrement le titre de Fellow de CSI (FCSIMD) et il démontre des qualités de chef en diverses occasions, qu’il s’agisse d’allocutions ou de sa contribution dans le milieu universitaire.

8 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *