Autre
J'aime

Les lettres grecques – le delta

Martin Noël
14 mars, 2017
367 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 7 minutes
Les lettres grecques – le delta

Au cours des derniers articles, nous avons vu que plusieurs variables avaient un impact sur la valeur des options. Voici un tableau qui illustre l’impact d’une hausse d’une des variables sur la valeur des options d’achat et de vente.

Tableau des variables qui ont un impact sur la valeur des options

Comme nous pouvons le constater, toutes choses étant égales par ailleurs, lorsqu’une des variables bouge, nous pouvons nous attendre à une réaction sur la prime des options. Cependant, le fait de savoir que la prime de l’option augmentera ou diminuera ne nous dit en rien de combien nous devons nous attendre à voir la prime de l’option fluctuer. Les lettres grecques nous permettent d’anticiper et de connaître plus précisément l’ampleur de la hausse ou de la baisse.

Les lettres grecques sont des variables qui mesurent la sensibilité de la valeur d’une option en fonction d’un changement dans la valeur de l’une de ses variables d’évaluation. Les lettres grecques nous permettent donc de mesurer les risques liés aux fluctuations de chacune des variables.

 

Tableau des lettres grecques pour chacune des variables qui ont un impact sur la valeur des options

Comme nous pouvons le constater, il y a six lettres grecques qui sont utilisées par les participants au marché des options pour estimer l’impact d’un changement dans les conditions du marché sur la valeur des positions sur options. Le delta et le gamma sont utilisés pour mesurer l’impact d’un changement dans le prix des actions sur la valeur des options. Le rhô, quant à lui, mesure l’impact d’un changement du taux d’intérêt sur la valeur des options. Epsilon mesure l’impact d’un changement dans la somme des dividendes versés sur la valeur des options. Le thêta mesure l’impact de la variation du temps à courir sur la valeur des options. Et finalement, le véga mesure l’impact d’un changement de la volatilité sur la valeur des options. Veuillez prendre note que le rhô et epsilon sont relativement sans importance pour la majorité des participants au marché des options compte tenu de la stabilité relative des taux d’intérêt et des dividendes versés durant la vie de la plupart des options. Nous omettrons donc de les couvrir dans cette série d’articles sur les lettres grecques.

 

Le delta

Le delta mesure le changement dans le prix de l’option par rapport à un changement dans le prix du titre sous-jacent

L’image ci-dessus illustre les résultats associés aux lettres grecques générées par le calculateur d’options de la Bourse de Montréal pour les options d’achat CP 20170721 C 200 sur les actions de Chemin de fer Canadien Pacifique Limitée (CP). Comme nous pouvons le constater la valeur théorique de cette option d’achat est de 9,94 $ et son delta est de 0,5143. Cela nous indique que nous pouvons anticiper qu’une hausse de 1 $ du prix de CP de 199,55 $ à 200,55 $ ferait augmenter la valeur de cette option d’achat de 0,5143 $ à 10,4643 $.

Comme nous pouvons l’observer ci-dessus, en modifiant le prix de CP à 200,55 $ nous obtenons effectivement une valeur théorique de 10,47 $ qui vient confirmer nos attentes. Il est bon de rappeler que nous avons gardé fixe la valeur des autres variables et que dans la réalité le résultat pourrait être différent puisque la volatilité et le temps à courir pourraient varier en même temps que le prix du titre. Nous ferons l’expérience dans un article ultérieur.

Le fait de connaître le delta nous permet donc d’anticiper le profit potentiel d’une position sur options en fonction de nos projections sur la valeur future du prix des actions. Ainsi, nous pouvons déterminer à l’avance le prix que doit atteindre les actions pour obtenir le rendement désiré sur nos options. Mais le delta n’a pas que cette utilité. On peut aussi l’utiliser pour calculer notre position équivalente en actions de la valeur sous-jacente. En effet, le delta de 0,5143 nous indique qu’une hausse de 1 $ dans le prix de CP générera un gain de 0,5143 $ pour nos options. On peut donc déduire que la détention d’un contrat d’options d’achat CP 20170721 C 200 est l’équivalent d’une détention de 51,43 actions puisqu’une hausse de 1 $ produirait un gain de 51,43 $ par contrat (0,5143 x 100 actions par contrat). Ainsi, un investisseur qui désirerait avoir l’équivalent de 200 actions de CP dans son portefeuille tout en ayant un risque limité devrait alors acheter 4 contrats d’options d’achat CP 20170721 C 200 à 9,94 $ pour un total de 3 976 $ au lieu des 39 910 $ qu’il en coûterait pour se procurer 200 actions de CP à 199,55 $.

 

Par conséquent, le delta peut donc nous permettre de calibrer le nombre de contrats qu’il faut détenir dans son portefeuille pour obtenir le nombre d’actions désiré sur les actions faisant partie de nos titres privilégiés. Ainsi, nous pouvons nous construire un portefeuille diversifié qui correspondra exactement à nos objectifs de placement tout en ayant un risque limité à la prime payée.

 

 

Bonnes transactions et bonne semaine!

 

Les stratégies présentées dans le cadre de cette chronique ne le sont qu’à titre d’information et de formation et ne doivent pas être interprétées comme étant des recommandations pour acheter ou vendre toutes valeurs mobilières. Comme toujours avant de mettre en place des stratégies d’options assurez-vous d’être à l’aise avec les scénarios proposés et d’être prêts à en assumer tous les risques.

Martin Noël
Martin Noël http://lesoptions.com/

Président

Corporation Financière Monetis

Martin Noël a obtenu un MBA en services financiers de l'UQÀM en 2003. La même année, il a reçu le Brevet de l'Institut des banquiers canadiens et la Médaille d'argent pour ses efforts remarquables dans le cadre du Programme de formation bancaire professionnelle. Monsieur Noël a commencé sa carrière dans le domaine des instruments dérivés en 1983 à titre de mainteneur de marché sur options, sur le parquet de la Bourse de Montréal, pour le compte de diverses firmes de courtage. Il a également occupé le poste de spécialiste sur options et, par la suite, de négociateur indépendant. En 1996, monsieur Noël est entré au service de la Bourse de Montréal à titre de responsable du marché des options où il a contribué au développement du marché canadien des options. En 2001, il a participé à la création de l'Institut des dérivés de la Bourse de Montréal où il a œuvré à titre de conseiller pédagogique. Depuis 2005, Martin est chargé de cours à l'UQÀM où il enseigne un cours sur les instruments dérivés au deuxième cycle. Depuis mai 2009, il est président à temps plein de la CORPORATION FINANCIÈRE MONÉTIS, une société active dans la négociation professionnelle et en communication financière. Martin agit comme collaborateur régulier en matière d’options pour la Bourse de Montréal.

302 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *