Concepts
1

Les lettres grecques – le gamma

Martin Noël
23 mars, 2017
1043 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 5 minutes
Les lettres grecques – le gamma

Dans notre dernier article nous avons vu que le delta pouvait nous aider à prévoir la valeur future de nos options suite à un changement dans le prix de la valeur sous-jacente. Nous avons également appris que le delta nous indiquait la position équivalente en actions (PEA) sur la valeur sous-jacente.

 

Le gamma

Le gamma mesure le changement dans la valeur du delta par rapport à un changement dans le prix du titre sous-jacent

Considérons l’exemple suivant sur la Société Canadian Tire Limitée,Cl. A (CTC.A) en date du 2 février 2017 alors que CTC.A se négociait à 140,07 $. Supposons qu’un investisseur, étant convaincu de voir la valeur du prix de CTC.A augmenter fortement au cours des semaines suivantes, achète 10 contrats d’options d’achat CTC 20170317 C 140 à la valeur théorique de 4,02 $ pour un total de 4 020 $.

Notre PEA sur CTC.A est de 501 actions ( 10 contrats x 100 actions par contrat x delta de 0,5010). Le gamma de 0,0379 nous indique que pour chaque hausse de 1 $ dans le prix de CTC.A le delta devrait augmenter de la même valeur. Ainsi, le delta devrait être de 0,5389 si CTC.A se négociait à 141,07 $. Donc, nous avons l’équivalent de 501 actions dans notre portefeuille, et supposons que nous aimerions garder cette quantité fixe à 500 actions. Or, comme le delta est appelé à augmenter en relation avec la hausse du prix de CTC.A, nous anticipons donc devoir interagir pour réduire notre position. Le gamma nous indique que notre PEA devrait augmenter de 38 actions (10 contrats x 100 actions par contrat x gamma de 0,0379) pour chaque dollar d’augmentation dans le prix de CTC.A. Par conséquent, nous pouvons maintenant projeter que notre PEA devrait augmenter à 600 et quelques actions suite à une hausse de 3 $ dans le prix des actions de CTC.A, soit à 143,07 $. Ce fut chose faite le 13 février 2017 alors que CTC.A clôturait à 143,30 $.

Notre PEA est maintenant de 658 actions (10 contrats x 100 actions par contrat x delta de 0,6580). En vendant deux contrats d’options d’achat CTC 20170317 C 140 au prix théorique de 5,66 $ nous encaissons un profit de 208 $ et ramenons notre PEA à 526 actions (8 contrats x 100 actions x delta de 0,6580). Le gamma de 0,0393 nous permet de projeter que le prochain ajustement devrait se faire suite à une hausse de 2,50 $. En effet, lorsque le prix de CTC.A sera aux alentours de 145,80 $ notre PEA aura alors augmenté de près de 79 actions (8 contrats x 100 actions x 0,0393). Le 16 février CTC.A a clôturé à 154,51 $ dépassant largement notre prix cible. Nous aurions dû intervenir durant la journée mais pour les fins de cet exercice supposons que notre intervention se soit produite à la clôture.

Le delta est maintenant de 0,9492 pour une PEA de 759 actions que nous allons ramener à près de 500 actions en vendant 3 contrats au prix théorique de 14,86 $ pour un profit de 3 252 $ qui s’ajoute aux 208 $ que nous avons encaissé précédemment, ce qui porte notre total à 3 460 $. Ainsi, nous avons maintenant une PEA de 475 actions qui en tenant compte de nos profits accumulés nous revient à 560 $ (4 020 $ – 3 460 $). On pourrait alors décider de vendre un contrat supplémentaire pour avoir un profit assuré ou tout simplement gérer la position en fonction de nos objectifs sur le titre.

L’utilisation du gamma nous permet de construire d’une feuille de route où les points d’intervention sont définis à l’avance, nous évitant ainsi de vendre trop tôt et nous permettant de laisser courir les profits. Chose qui est plutôt difficile à faire pour la grande majorité des investisseurs qui ont plutôt l’habitude de prendre les profits rapidement et de laisser courir les pertes. Avec une PEA bien définie nous pouvons alors gérer notre position dans le calme et intervenir de manière ponctuelle en fonction de notre position.

Bonnes transactions et bonne semaine!

 

Les stratégies présentées dans le cadre de cette chronique ne le sont qu’à titre d’information et de formation et ne doivent pas être interprétées comme étant des recommandations pour acheter ou vendre toutes valeurs mobilières. Comme toujours avant de mettre en place des stratégies d’options assurez-vous d’être à l’aise avec les scénarios proposés et d’être prêts à en assumer tous les risques.

Martin Noël
Martin Noël http://lesoptions.com/

Président

Corporation Financière Monetis

Martin Noël a obtenu un MBA en services financiers de l'UQÀM en 2003. La même année, il a reçu le Brevet de l'Institut des banquiers canadiens et la Médaille d'argent pour ses efforts remarquables dans le cadre du Programme de formation bancaire professionnelle. Monsieur Noël a commencé sa carrière dans le domaine des instruments dérivés en 1983 à titre de mainteneur de marché sur options, sur le parquet de la Bourse de Montréal, pour le compte de diverses firmes de courtage. Il a également occupé le poste de spécialiste sur options et, par la suite, de négociateur indépendant. En 1996, monsieur Noël est entré au service de la Bourse de Montréal à titre de responsable du marché des options où il a contribué au développement du marché canadien des options. En 2001, il a participé à la création de l'Institut des dérivés de la Bourse de Montréal où il a œuvré à titre de conseiller pédagogique. Depuis 2005, Martin est chargé de cours à l'UQÀM où il enseigne un cours sur les instruments dérivés au deuxième cycle. Depuis mai 2009, il est président à temps plein de la CORPORATION FINANCIÈRE MONÉTIS, une société active dans la négociation professionnelle et en communication financière. Martin agit comme collaborateur régulier en matière d’options pour la Bourse de Montréal.

378 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.