Options sur actions
J'aime

Assurance contre une baisse de ses actions à moindre coût

Martin Noël
1 août, 2019
86 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 7 minutes
Assurance contre une baisse de ses actions à moindre coût

Comme nous pouvons l’observer dans le graphique suivant, le cours des actions de Waste Connections Inc. (WCN), qui se négocie à 123,70 $ au moment d’écrire cet article le 25 juillet 2019, a réalisé un excellent rendement de 28,6 % depuis le creux de 96,16 $ enregistré le 24 décembre 2018. Nous pouvons constater que l’indicateur de momentum Stochastique (Stoch) commence à démontrer, pour la première fois depuis, des signes de faiblesse avec un passage sous le niveau de 80. De plus, le fait que les cours de WCN soient sous les deux moyennes mobiles de 13 et 34 séances n’est pas un très bon signe pour le moment. Un investisseur qui détient toujours les actions dans son portefeuille pourrait être tenté de les vendre en cas de faiblesse supplémentaire.

Graphique 1 : Évolution des cours quotidiens de WCN en date du 25 juillet 2019 (123,70 $)

Source : Tradingview.com

Les options de vente permettent de fixer un prix de vente futur sur les actions sous-jacentes au contrat. Ainsi, si le cours des actions baisse sous le prix de levée du contrat, le détenteur des options de vente peut vendre ses actions au prix du contrat. L’avantage des options de vente réside dans la possibilité de tirer avantage d’une hausse des prix tout en étant protégé contre une baisse. Or, cet avantage n’est pas gratuit. En effet, il faut payer une prime pour acquérir ce droit de vendre. Cependant, il existe un moyen pour réduire ce coût. Il s’agit de vendre une option d’achat et d’utiliser la prime reçue pour payer, en tout ou en partie, les options de vente. Ce faisant, nous devons alors renoncer à tout profit qui pourrait résulter d’une hausse du prix des actions au-delà du prix de levée des options d’achat vendues. Cette stratégie est communément appelée le cylindre ou le tunnel (« Collar » en anglais).

Stratégie du cylindre

Un investisseur, qui voudrait mettre en place cette stratégie pourrait vendre des options d’achat échéant le 18 octobre 2019 et ayant un prix de levée de 125 $ au prix de 2,70 $ par action et utiliser cette somme pour acheter des options de vente de même échéance et ayant un prix de levée de 120 $ au prix de 2 $ par action. Ainsi, l’investisseur encaisserait une prime nette par action de 0,70 $. Le tableau suivant démontre les flux financiers pour une position de 1 000 actions WCN.

Tableau 1 : stratégie du cylindre sur WCN

Comme nous pouvons le constater dans le tableau 1 précédent, après avoir mis en place la stratégie du cylindre, le coût de 1 000 actions WCN au 25 juillet 2019 est de 123 000 $ (123 700 – 2 700 + 2 000).

Graphique 2 : profil de profits et pertes de la stratégie du cylindre sur WCN

Le graphique 2 ci-dessus illustre le profil des profits et pertes de la stratégie du cylindre sur les 1 000 actions détenues par l’investisseur. Nous pouvons observer, comme nous l’avons mentionné précédemment, qu’à partir de 125 $, l’investisseur voit la profitabilité de la position se limiter à 2 000 $, soit le prix de levée de 125 $ auquel les 1 000 actions seront vendues pour un total de 125 000 $ moins le coût des actions de 123 000 $. À la baisse, nous pouvons constater que les pertes sont limitées à 3 000 $, soit le prix de levée de 120 $ auquel les 1 000 actions seront vendues à la suite de l’exercice des options de vente, pour un total de 120 000 $ moins le coût des actions de 123 000 $. En résumé, avec la stratégie du cylindre l’investisseur réussit à s’assurer de pouvoir vendre ses actions pour une somme de 120 000 $ minimalement en cas de baisse, et pour une somme de 125 000 $ si le cours des actions revient plutôt en mode haussier.

Conclusion

La stratégie du cylindre est une stratégie qui permet de se protéger contre une baisse du cours des actions en utilisant la vente des options d’achat pour financer en tout ou en partie l’achat des options de vente. Cependant, comme rien n’est gratuit, la réduction du coût de la protection vient avec une profitabilité limitée en cas de hausse. Il faut donc bien comprendre cet état de fait avant de mettre en place cette stratégie.

Bonnes transactions et bonne semaine !

Les stratégies présentées dans le cadre de cette chronique ne le sont qu’à titre d’information et de formation et ne doivent pas être interprétées comme étant des recommandations pour acheter ou vendre toutes valeurs mobilières. Comme toujours, avant de mettre en place des stratégies d’options assurez-vous d’être à l’aise avec les scénarios proposés et d’être prêts à en assumer tous les risques.

La 12e Journée de formation sur les options, en partenariat avec l’Options Industry Council (OIC), se tiendra à Toronto le 14 septembre 2019 au Westin Harbour Castle. Inscrivez-vous avant le 19 août pour profiter du prix avantageux pour les premiers inscrits! Les places sont limitées. Pour en savoir davantage, visitez le m-x.ca/oed.

Martin Noël
Martin Noël http://lesoptions.com/

Président

Corporation Financière Monetis

Martin Noël a obtenu un MBA en services financiers de l'UQÀM en 2003. La même année, il a reçu le Brevet de l'Institut des banquiers canadiens et la Médaille d'argent pour ses efforts remarquables dans le cadre du Programme de formation bancaire professionnelle. Monsieur Noël a commencé sa carrière dans le domaine des instruments dérivés en 1983 à titre de mainteneur de marché sur options, sur le parquet de la Bourse de Montréal, pour le compte de diverses firmes de courtage. Il a également occupé le poste de spécialiste sur options et, par la suite, de négociateur indépendant. En 1996, monsieur Noël est entré au service de la Bourse de Montréal à titre de responsable du marché des options où il a contribué au développement du marché canadien des options. En 2001, il a participé à la création de l'Institut des dérivés de la Bourse de Montréal où il a œuvré à titre de conseiller pédagogique. Depuis 2005, Martin est chargé de cours à l'UQÀM où il enseigne un cours sur les instruments dérivés au deuxième cycle. Depuis mai 2009, il est président à temps plein de la CORPORATION FINANCIÈRE MONÉTIS, une société active dans la négociation professionnelle et en communication financière. Martin agit comme collaborateur régulier en matière d’options pour la Bourse de Montréal.

378 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.