Revenus
J'aime

Des options dans vos REER et CELI

Jason Ayres
14 mars, 2019
458 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 18 minutes
Des options dans vos REER et CELI

Des options dans vos REER et CELI

Nous revoici à ce temps de l’année où les investisseurs pensent à cotiser à leurs REER et CELI afin de faire croître leur portefeuille à l’abri de l’impôt.

Il existe bien des façons de gérer un portefeuille. Si vous consultez un échantillon d’investisseurs autonomes, leurs avis divergeront souvent. Voici certaines différences que l’on retrouve entre les styles de gestion :

Peu importe ce qui les différencie, tous les investisseurs qui connaissent du succès tendent à avoir un point commun : un plan d’investissement. Ils suivent un ensemble de principes bien pensés qui évoluent constamment et qui reposent sur leur tolérance au risque et leurs objectifs. De plus, ils mettent en œuvre des stratégies qui les aideront à gérer leurs émotions, à faire preuve de discipline et à atteindre leurs objectifs.

Pour bon nombre d’investisseurs autonomes, ces plans visent à gérer leur portefeuille en prévision de leur retraite et mettent à profit différents types de comptes qui leur procurent un abri fiscal. Voici quelques objectifs des investisseurs :

Malgré toute l’information mise à la disposition des investisseurs, nombreux sont ceux qui ignorent toujours que plusieurs stratégies sur options sont admissibles dans les comptes enregistrés.

Les stratégies présentées ci-après sont admissibles dans les comptes enregistrés des Canadiens et peuvent servir d’outils pour atteindre des objectifs de placement.

* Pour obtenir une description détaillée de chacune des stratégies, il suffit de cliquer sur le lien correspondant.

Comme nous l’avons mentionné précédemment, ces stratégies sont des outils qu’il est possible d’employer dans le cadre d’un plan d’investissement boursier. Bien sûr, pour les utiliser de façon sûre et efficace, il faut comme pour tout outil comprendre leur fonctionnement, savoir quand les employer et connaître les risques, les avantages et les inconvénients qu’elles comportent.

Or, comme dans tout, la confiance et la maîtrise s’acquièrent avec le savoir et l’expérience. Ainsi, si vous assistez à une grande variété de webinaires (ou en visionnez l’enregistrement) parmi ceux que propose votre courtier, vous partirez du bon pied. Le simulateur de négociation disponible sur le site Web de la Bourse de Montréal peut aussi vous aider à bien comprendre l’exécution des ordres et la gestion des positions dans un environnement sécuritaire avant de mettre en œuvre les stratégies sur options susmentionnées dans vos comptes enregistrés.

Ceci dit, voyons comment un investisseur peut envisager d’employer les stratégies sur options admissibles dans ses comptes enregistrés.

 

Achat d’options d’achat ou de vente

Comme stratégie remplaçant l’achat ou la vente d’actions, l’achat d’options d’achat ou de vente permet à un investisseur de spéculer et idéalement de tirer profit de ses prévisions directionnelles à l’égard des actions d’une société ou des parts d’un FNB admissible aux options. L’acheteur d’une option d’achat croit que le cours de l’action ou de la part de FNB sous-jacente est susceptible de monter, tandis que l’acheteur d’une option de vente cherche à tirer profit d’une chute du cours de l’action ou de la part de FNB sous-jacente. Dans les deux cas, l’investisseur n’a qu’à débourser une fraction de la valeur d’une position équivalente sur le sous-jacent. Cela lui donne l’occasion d’appliquer un effet de levier au capital qu’il détient dans son compte de placement. Il s’agit d’un élément important à prendre en considération, puisque la négociation sur marge, qui constitue le moyen typique pour produire un effet de levier dans un portefeuille, n’est pas permise dans un compte enregistré.

Un autre avantage réside dans le fait que l’acheteur d’une option ne peut perdre davantage que la prime qu’il a payée pour le contrat d’option. Ainsi, l’investisseur s’assure de connaître et de limiter le risque auquel il s’expose avant de soumettre son ordre pour qu’il soit exécuté.

Si l’on envisage de prendre une position baissière sur une action ou une part de FNB, il importe de savoir que la vente à découvert n’est pas permise dans un compte enregistré. Cela restreint un investisseur typique qui souhaiterait saisir une occasion de placement selon une perspective baissière. Or, les options de vente permettent de prendre une position selon cette perspective dans le but de tirer profit de la dépréciation des titres sous-jacents.

 

Achat d’options d’achat en vue de fixer le prix d’un achat ultérieur

Il n’est pas rare qu’un investisseur trouve l’occasion d’acheter une action qu’il souhaite acquérir au cours actuel, mais ne dispose pas du capital nécessaire pour l’acheter. S’il prévoit une rentrée de capital dans les prochains mois, il peut acheter un nombre d’options équivalant au nombre d’actions qu’il veut acquérir, à un prix d’exercice correspondant au cours actuel. Le prix d’exercice d’un contrat d’option représente le droit ou l’obligation d’acheter ou de vendre l’action sous-jacente à ce prix précis. Ainsi, l’acheteur d’une option d’achat paie une prime et obtient le droit d’acheter l’action sous-jacente au prix d’exercice du contrat. L’achat d’une option d’achat dont le prix d’exercice correspond au cours en vigueur a pour effet de fixer le prix d’achat jusqu’à la date d’échéance de l’option. L’investisseur choisit une date d’échéance en fonction du moment où il s’attend à disposer du capital nécessaire pour acheter les actions. Peu importe la hausse que connaît l’action par rapport à son cours actuel, l’acheteur de l’option d’achat peut exercer son droit et acheter les actions souhaitées au prix d’exercice sélectionné.

Si vous ne connaissez pas bien les notions de base des options, il faut noter que si l’on achète une option, celle-ci n’aura aucune valeur si elle est hors jeu à l’échéance. Autrement dit, si le cours des actions sous-jacentes ne change pas suffisamment avant la date d’échéance, le contrat d’option échoit sans valeur. Pour gérer ce risque, un investisseur peut acheter, vendre ou exercer un contrat à tout moment avant son échéance et ainsi réduire ses pertes ou réaliser un profit.

 

Vente d’options d’achat couvertes

La stratégie de vente d’options d’achat couvertes implique à la fois l’achat d’actions et la vente d’options d’achat. L’investisseur touche une prime et assume l’obligation éventuelle de livrer les actions sous-jacentes au prix d’exercice des options vendues.

L’objectif est de générer des rentrées de fonds par la collecte régulière de primes, ce qui permet de réduire la volatilité d’un portefeuille et de bonifier le revenu par rapport à une gestion traditionnelle.

 

Choix du prix d’exercice

L’investisseur doit choisir le prix d’exercice et la date d’échéance qui correspondent le mieux à son objectif. Par exemple, la vente d’une option d’achat ayant un prix d’exercice près du cours de marché de l’action sous-jacente (option à parité) lui permet de toucher la valeur temps la plus élevée associée au mois d’échéance sélectionné, mais restreint sa possibilité de tirer profit d’une hausse du cours. S’il choisit un prix d’exercice supérieur au cours en vigueur, l’investisseur peut profiter d’une éventuelle hausse du cours de l’action sous-jacente, mais sa prime est réduite.

 

Choix du mois d’échéance

Les investisseurs qui choisissent des options de courte échéance tendent à réaliser des rentrées de fonds annualisées supérieures, mais cela suppose un nombre d’opérations accru : le nombre d’options d’achat vendues augmente, tout comme le risque et la fréquence d’exercice et d’assignation.

Les échéances les plus longues donnent lieu aux primes les plus élevées, puisque la valeur temps des options correspondantes est accrue. Le choix de ces échéances nécessite moins d’opérations.

Encore une fois, l’investisseur choisit la stratégie en fonction de ses objectifs et du degré d’activité qu’il souhaite. Les commissions ont également une incidence : plus une stratégie demande un nombre élevé d’opérations, plus les commissions payées augmentent.

 

Options de vente de protection

Une option de vente de protection (on parle aussi d’un achat protégé par option de vente) implique l’achat d’une option de vente servant de couverture contre le risque de chute du cours d’une action que l’investisseur possède. En termes simples, si l’action se déprécie, l’option de vente s’apprécie, compensant une partie de la perte non réalisée.

À l’instar de l’achat d’une option d’achat, cette stratégie permet à l’investisseur de tenter sa chance selon un risque défini. Et fait très important (à mon avis), elle lui offre plusieurs possibilités si l’action chute effectivement. Sachant que le risque est défini et limité pendant la durée de vie du contrat d’option, l’investisseur peut mettre de côté ses émotions lorsqu’il choisit entre conserver l’action et réduire ses pertes.

Autres avantages :

Rajustement de position

L’investisseur peut dénouer sa position sur l’option de vente afin de réaliser un profit qu’il utilisera pour acheter d’autres actions au cours réduit, ce qui rajustera son coût de base.

Aucune exécution d’ordre stop attribuable à la volatilité

Contrairement à un ordre stop, lequel est exécuté aussitôt que la valeur de l’action atteint le cours stop, l’option de vente de protection demeure en place. En outre, lorsque l’on utilise un ordre stop pour gérer le risque de la position, une chute de la valeur de l’action sous le cours stop avant ou après la séance de bourse normale (par exemple lors de la publication des résultats) pourrait entraîner la vente des actions à un prix considérablement plus bas que prévu. En effet, l’ordre stop est traité comme un ordre au marché lorsque la négociation de l’action reprend, mais le cours de marché pourrait alors être beaucoup plus bas que prévu. L’option de vente garantit la possibilité de vendre les actions au prix d’exercice, peu importe l’ampleur de la chute du cours, et permet à l’investisseur de dénouer sa position à sa guise plutôt que d’être forcé de vendre ses actions en raison de la volatilité.

Garantie de réalisation d’un profit

Un investisseur peut recourir à une option de vente pour s’assurer de réaliser un profit. Lorsque le cours d’une action s’approche du cours cible de l’investisseur, celui-ci, au lieu de dénouer sa position, peut utiliser une partie de son profit pour acheter une option de vente. Ainsi, il s’assurera de réaliser son profit, minoré de la prime, tout en ayant la possibilité de profiter d’une éventuelle poursuite de la hausse du cours.

 

Tunnel

Le tunnel allie simplement la vente d’une option d’achat couverte avec l’achat d’une option de vente de protection. L’objectif est d’utiliser la prime touchée à la vente de l’option d’achat pour payer une partie de l’option de vente de protection.

L’investisseur qui recourt à cette stratégie juge que le risque d’une chute du cours est plus grand que la possibilité d’une appréciation pendant une période donnée. Il prend donc une assurance à coût réduit.

Assurez-vous de cliquer sur les liens fournis au début du présent article pour obtenir une description plus détaillée des stratégies, et consultez l’horaire des webinaires de votre courtier pour savoir quand aura lieu le prochain webinaire sur les stratégies sur options commandité par la Bourse de Montréal.

 

Les stratégies présentées dans le cadre de cette chronique ne le sont qu’à titre d’information et de formation et ne doivent pas être interprétées comme étant des recommandations pour acheter ou vendre toutes valeurs mobilières. Comme toujours, avant de mettre en place des stratégies d’options assurez-vous d’être à l’aise avec les scénarios proposés et d’être prêts à en assumer tous les risques.

Jason Ayres
Jason Ayres http://www.croftgroup.com/

CEO and Director of Business Development

R.N. Croft Financial Group

Jason est chef de la direction et directeur du développement des affaires de R. N. Croft Financial Group. Il est également membre du comité d'examen des placements de Croft et il détient le titre de gestionnaire spécialiste en produits dérivés. De plus, il est consultant en formation pour le compte de Learn-To-Trade.com ainsi qu’instructeur à la Bourse de Montréal du Groupe TMX.

65 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.