Autre
J'aime

Écart papillon vs écart horizontal – L’impact de la volatilité implicite

Martin Noël
1 mars, 2011
1278 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 5 minutes
no-cover

Au cours des deux dernières semaines, nous avons comparé deux stratégies qui ont pour objectif de profiter de l’érosion de la valeur-temps. L’écart papillon et l’écart horizontal. Cependant, bien que toutes les deux aient des profils de profit et perte similaires, la volatilité ne les affecte pas de la même manière. Cette semaine, nous allons démontrer comment on peut neutraliser et même tirer avantage des mouvements de la volatilité implicite en combinant les deux stratégies.

L’écart papillon

Reprenons l’exemple initial. Le graphique ci-dessus représente un écart papillon construit sur le XEG en date du vendredi 11 février :

Achat de 1 XEG Mars 20 Call à 1,15 $ (débit de 115 $/contrat)
Vente de 2 XEG Mars 21 call à 0,51 $ (crédit de 102 $/contrat)
Achat de 1 XEG Mars 22 call à 0,19 $ (débit de 38 $/contrat)
Perte maximale = coût total de la stratégie = 32 $
Profit maximal = 68 $ (si le titre clôture à 21 $ à l’échéance)
Seuil de rentabilité à la baisse = 20,32 $
Seuil de rentabilité à la hausse = 21,68 $
Rapport rendement/risque = 2,13 (68 $/32 $)

L’écart papillon – Profitabilité en fonction de la volatilité implicite

(Graphique : OptionsOracle)

Le graphique ci-dessus représente la profitabilité de l’écart papillon en fonction des fluctuations de la volatilité implicite. On constate que cette stratégie tire avantage d’une baisse de celle-ci et subit des pertes suite à une hausse.

L’écart horizontal

Le graphique ci-dessus représente un écart horizontal construit sur le XEG en date du vendredi 11 février :

Vente de 1 XEG Mars 21 call à 0,51 $ (crédit de 51 $/contrat)
Achat de 1 XEG Avril 21 call à 0,65 $ (dédit de 65 $/contrat)
Perte maximale = coût total de la stratégie = 14 $
Profit maximal = 34,85 $ (si le titre clôture à 21 $ à l’échéance du mois de mars)
Seuil de rentabilité à la baisse = 20,00 $
Seuil de rentabilité à la hausse = 22,15 $
Rapport rendement/risque = 2,50 (34,85 $/14 $)

L’écart horizontal – Profitabilité en fonction de la volatilité implicite

(Graphique : OptionsOracle)

Le graphique ci-dessus représente la profitabilité de l’écart horizontal en fonction des fluctuations de la volatilité implicite. On constate que cette stratégie tire avantage d’une hausse de celle-ci et subit des pertes suite à une baisse. C’est totalement l’inverse de l’écart papillon.

En combinant les deux stratégies on obtient le résultat suivant :


(Graphique : OptionsOracle)

On constate que la stratégie combinée est toujours exposée à des pertes en cas de légère baisse de la volatilité implicite mais procure des gains en cas de baisses plus prononcées. En doublant la position de l’écart papillon on obtient ce qui suit :


(Graphique : OptionsOracle)

Maintenant, nous avons une position combinée qui tirera avantage à la fois des hausses et des baisses de la volatilité implicite en plus de profiter de l’érosion de la valeur temps.

Ne reste plus maintenant au titre qu’à faire du surplace jusqu’à l’échéance. Mais ça c’est une autre histoire.

Revue de la semaine
Le marché est entré dans une phase d’incertitude avec les évènements qui surviennent en Lybie. Le XIU a perdu 0,49 %, le XFN a reculé de 0,69 %, le XEG a progressé de 1,95 %, et le XGD a laissé filer 1,48 %. Le dollar américain a perdu 0,91 %.

Les tendances pour le XIU, le XFN et le XEG sont toujours à la hausse alors qu’elles sont à la baisse pour le XGD et le dollar américain.

Le tableau suivant illustre le prix de fermeture en date du vendredi 25 février ainsi que la tendance principale à moyen terme (un mois ou plus).

XIU XFN XEG XGD $USDCAD
2011-02-25
20,31 $
24,51 $
22,46 $
24,59 $
97,79
2011-02-18
20,41 $
24,68 $
22,03 $
24,96 $
98,69
Variation
-0,10 $
-0,17 $
+0,43 $
-0,37 $
-0,90
Variation %
-0,49%
-0,69%
+1,95%
-1,48%
-0,91%
Tendance
Hausse Hausse Hausse Baisse Baisse

Bonnes transactions et bonne semaine!

Martin Noël
Martin Noël http://lesoptions.com/

Président

Corporation Financière Monetis

Martin Noël a obtenu un MBA en services financiers de l'UQÀM en 2003. La même année, il a reçu le Brevet de l'Institut des banquiers canadiens et la Médaille d'argent pour ses efforts remarquables dans le cadre du Programme de formation bancaire professionnelle. Monsieur Noël a commencé sa carrière dans le domaine des instruments dérivés en 1983 à titre de mainteneur de marché sur options, sur le parquet de la Bourse de Montréal, pour le compte de diverses firmes de courtage. Il a également occupé le poste de spécialiste sur options et, par la suite, de négociateur indépendant. En 1996, monsieur Noël est entré au service de la Bourse de Montréal à titre de responsable du marché des options où il a contribué au développement du marché canadien des options. En 2001, il a participé à la création de l'Institut des dérivés de la Bourse de Montréal où il a œuvré à titre de conseiller pédagogique. Depuis 2005, Martin est chargé de cours à l'UQÀM où il enseigne un cours sur les instruments dérivés au deuxième cycle. Depuis mai 2009, il est président à temps plein de la CORPORATION FINANCIÈRE MONÉTIS, une société active dans la négociation professionnelle et en communication financière. Martin agit comme collaborateur régulier en matière d’options pour la Bourse de Montréal.

410 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut