Concepts
J'aime

Faites de l’exercice : levez vos options

Richard Ho
13 octobre, 2020
127 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 7 minutes
Faites de l’exercice : levez vos options

Dans le présent billet, nous parlerons de la levée (ou de l’exercice) des options d’achat et de son intérêt pour les investisseurs. Lisez ce qui suit pour découvrir les avantages et les inconvénients de la levée d’une option d’achat.

Vous constatez que l’action d’une société pharmaceutique qui en est à l’essai clinique de phase III d’un vaccin contre la COVID-19 se négocie à 100 $. La vaccin est très prometteur, mais le cours de l’action est trop élevé pour le pouvoir d’achat de votre compte (10 000 $).

Au lieu d’acheter 100 actions et de mettre tous vos œufs dans le même panier, vous décidez de recourir à une option d’achat.

« Une option d’achat vous donne le droit d’acheter l’action sous-jacente au prix de levée jusqu’à la date d’échéance. Pour obtenir ce droit, vous n’avez qu’à payer la prime (ou le prix) de l’option d’achat afin de l’acquérir dans votre compte de négociation. »

À titre d’illustration, supposons que vous payez une prime de 2,00 $ pour une option d’achat à parité échéant dans trois mois. Celle-ci vous donne donc le droit d’acheter l’action à 100 $ au cours de la période de trois mois. L’achat de cette option vous coûte 200 $ (2 $ × 100). *Sans prendre en considération les frais de courtage.

Vous venez de prendre une position sur 100 actions de la société pharmaceutique pour seulement 200 $ (au lieu de 10 000 $).

Un mois passe, puis, quand vous vous réveillez un matin, vous lisez en manchette sur votre téléphone : « Dernière nouvelle : autorisation de mise en marché pour un vaccin ». Dès la publication de la nouvelle, le cours de l’action bondit à 170 $ à l’ouverture!

Le cœur vous débat et vous sentez une poussée d’adrénaline. Trois choix s’offrent maintenant à vous :

  1. lever l’option d’achat (convertir l’option en actions);
  2. dénouer votre position (réaliser votre profit et passer à autre chose);
  3. attendre et observer ce qui se passera (comme il reste encore deux mois avant l’échéance de l’option).

Choix 1 : La levée d’une option exige de téléphoner à votre courtier et de lui donner l’instruction de lever l’option. Votre option d’achat a un prix de levée de 100 $, alors il vous faut avoir assez de liquidités dans votre compte pour la lever. Le calcul qui s’applique à la levée d’une option d’achat est simple. Multipliez simplement le prix de levée par 100 (le multiplicateur) et par le nombre d’options. Dans ce cas-ci, vous aurez besoin de 10 000 $ (100 $ × 100 ×1). Si vous n’avez pas suffisamment de liquidités pour lever l’option, ne vous en faites pas. Vous pouvez simplement dénouer votre position en vendant plutôt l’option d’achat.

Choix 2 : La vente de l’option d’achat pour dénouer votre position a beaucoup de sens sur le plan économique pour de nombreuses raisons :

  1. Si vous décidez de lever une option avant son échéance, vous abandonnez essentiellement la valeur temps qu’il reste dans la prime de l’option. Ainsi, si vous vendez plutôt l’option, vous récupérez la valeur temps.
  2. Si vous avez acheté l’option d’achat, c’est parce que vous ne vouliez pas investir la totalité de vos capitaux dans l’action sous-jacente. Pourquoi cela changerait-il maintenant?
  3. Selon votre courtier, vos frais de courtage pourraient être plus élevés pour la levée d’une option que pour le dénouement de la position. Avant de lever une option, vous devriez connaître le coût que cela implique.

Reprenons l’exemple de l’option d’achat au prix de levée de 100 $. L’action se négocie à 170 $, alors vous pouvez vendre l’option d’achat pour 70 $ (soit 7 000 $) et réaliser un profit net de 68 $ (soit 6 800 $) grâce à votre investissement initial de 2 $ (soit 200 $). Si ce rendement ne vous satisfait pas, vous pouvez toujours opter pour le choix 3 (attendre et observer ce qui se passera) étant donné qu’il reste encore deux mois avant l’échéance de l’option d’achat. Qui sait? L’action pourrait continuer à s’apprécier.

La levée d’une option est sensée lorsque vous souhaitez convertir votre option d’achat en actions réelles ou recevoir les versements de dividende de la société. Par contre, si au bout du compte vous souhaitez seulement réaliser un profit et passer à une autre position, le dénouement de votre position sur l’option vous permettra d’atteindre votre objectif.

Les stratégies décrites dans le présent blogue ne sont présentées qu’à des fins d’information et de formation. Elles ne doivent pas être interprétées comme étant des recommandations d’acheter ou de vendre quelque valeur mobilière que ce soit. Comme toujours, avant de mettre en œuvre des stratégies sur options, assurez-vous d’être à l’aise avec les scénarios proposés et d’être prêt à en assumer tous les risques.

Richard Ho
Richard Ho http://www.m-x.ca

Directeur principal, dérivés sur actions

TMX | Bourse de Montréal

Richard Ho, gestionnaire principal des dérivés sur actions à la Bourse de Montréal (TMX), travaille dans le secteur financier depuis plus de 15 ans. Avant de se joindre à TMX en 2006, il travaillait dans une maison de courtage nationale où il exécutait des opérations pour des clients actifs et fortunés. Dans sa fonction actuelle de gestionnaire principal des dérivés sur actions, Richard dirige divers projets et partenariats axés sur l’éducation auprès de maisons de courtage dans le but d’aider les investisseurs autonomes à s’adapter à l’utilisation des options sur actions. Il met l’accent sur l’élaboration de portefeuilles d’options et de stratégies sur options selon des prévisions directionnelles et des risques définis à l’avance. Il a également élaboré des programmes destinés à enseigner aux investisseurs comment recourir à des stratégies sur options pour générer un revenu continu et pour couvrir leurs portefeuilles en période de haute volatilité. Richard détient les titres de gestionnaire spécialisé en produits dérivés (GSPD) et d’analyste en placement non traditionnel agréé (CAIA). Aidant de tout son pouvoir les investisseurs à approfondir leurs connaissances sur les options, Richard détient fièrement le titre de Fellow de CSI (FCSIMD) et il démontre des qualités de chef en diverses occasions, qu’il s’agisse d’allocutions ou de sa contribution dans le milieu universitaire.

14 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut