Autre
J'aime

Investir dans les actions de valeur et de croissance par l’intermédiaire des options

Bourse de Montréal
5 octobre, 2022
1319 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 7 minutes
Investir dans les actions de valeur et de croissance par l’intermédiaire des options


Comme l’indique le descriptif, les « actions de valeur » offrent aux investisseurs une exposition à des sociétés sous-évaluées par rapport à leurs données fondamentales. Les « actions de croissance », pour leur part, sont souvent des titres de sociétés de taille modeste œuvrant dans un nouveau marché où la croissance pourrait être supérieure à la moyenne.

Les investisseurs choisiront parfois de miser sur un type d’actions plutôt que l’autre, ou sur un mélange des deux. Les actions de valeur sont, en général, moins en proie à la volatilité, car les sociétés émettrices sont souvent bien établies et mieux positionnées pour, d’une part, tirer partir de la croissance à long terme et, d’autre part, verser un dividende. Les actions de BCE Inc. (TSX : BCE), de Société Canadian Tire (TSX : CTC) et de la Banque Royale du Canada (TSX : RY) s’inscrivent dans cette catégorie.

Les actions de croissance, par contre, risquent davantage de subir les aléas de la volatilité pour différentes raisons, comme la concurrence féroce au sein du nouveau marché en question, le manque d’expérience de l’équipe de direction ou des prévisions de croissance qui ne se concrétisent pas.

À l’heure actuelle, les industries de croissance englobent notamment l’intelligence artificielle, les mégadonnées, l’alimentation des véhicules électriques et le métavers.

Aucun critère précis ne permet de distinguer à coup sûr les titres de croissance des titres de valeur. Certains titres présentent des caractéristiques des deux types. Les investisseurs doivent ainsi évaluer avec soin chaque titre pour déterminer s’il s’inscrit dans sa stratégie de placement.

Adapter sa stratégie

Qu’ils jettent leur dévolu sur les actions de croissance ou de valeur, ou encore sur un mélange des deux, les investisseurs devraient se familiariser avec des stratégies sur options qui peuvent s’avérer utiles.

En effet, les options offrent aux investisseurs une approche différente qui convient à toutes les conjonctures. Une stratégie sur options d’achat couvertes, par exemple, peut conférer une certaine protection contre le risque de baisse des actions à bêta élevé.

Rappelons que le bêta est une mesure de la volatilité relative d’une action par rapport à l’ensemble du marché, représenté par un indice reconnu comme l’indice composé S&P/TSX. Un bêta inférieur à 1,0 signifie qu’une action est statistiquement moins volatile que l’ensemble du marché. Ainsi, si l’indice perdait ou gagnait 5 %, un titre à faible bêta devrait, en théorie, afficher une perte ou un gain inférieur.

À l’inverse, un titre dont le bêta est de plus de 1,0 obtiendra, selon toute probabilité, un rendement supérieur à l’indice en temps de hausse, ou inférieur en temps de baisse. Donc, si l’indice progresse de 5 %, il est probable qu’un titre à bêta élevé obtienne un rendement encore plus élevé, et vice versa.

Si une stratégie sur options d’achat couvertes atténue le potentiel de hausse, elle procure néanmoins une plus grande stabilité.

L’achat d’options sur des actions à bêta élevé est une autre stratégie qui pourrait valoir son pesant d’or. Une option d’achat en position acheteur procure à l’investisseur une exposition à une croissance potentiellement fulgurante tout en cernant le risque de baisse d’entrée de jeu, et permet souvent d’assumer un risque inférieur à celui des détenteurs du titre.

Enfin, les options peuvent être utilisées pour obtenir une exposition à des actions de valeur. Étant donné que les investisseurs qui ciblent la valeur sont toujours en quête d’aubaines, ils peuvent recourir aux options pour réduire encore davantage leurs coûts. Autrement dit, une option peut transformer une bonne affaire en une très bonne affaire.

Prenons par exemple une action dont le cours est de 54 $. Jeanne, qui cible les titres de valeur, estime que ce cours devrait plutôt s’établir à 60 $. Elle pourrait donc acheter 100 actions au coût de 5 400 $, dans le but de réaliser un profit de 600 $ si le titre atteint le cours cible.

Or, Jeanne pourrait plutôt acheter une option d’achat avec un prix de levée de 54 $ pour une fraction du prix des titres eux-mêmes. Cette stratégie lui procurerait un potentiel de hausse semblable, tout en lui permettant de libérer des capitaux et de les affecter à un autre placement.

Déterminer ses besoins

Les actions de croissance et les actions de valeur sont toutes deux prisées par les investisseurs de toutes les tailles. Il est donc important, voire crucial, de comprendre dès le départ les différences entre les deux types d’actions, ainsi que le rôle qu’elles peuvent jouer au sein du portefeuille. Après avoir déterminé ses objectifs financiers et son échéancier de placement, l’investisseur devrait donc se familiariser avec les options et la façon dont elles peuvent favoriser l’atteinte de ses objectifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut