Volatilité
J'aime

Le prix de l’or est-il en voie de s’extirper d’une phase de consolidation vieille de quatre ans?

Patrick Ceresna
24 avril, 2018
1340 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 9 minutes
Le prix de l’or est-il en voie de s’extirper d’une phase de consolidation vieille de quatre ans?

Ces dernières années, j’ai ouvertement exprimé ma conviction que le marché baissier sur l’or était terminé. Il est indéniable que le prix plancher de 1 050 $ l’once atteint en décembre 2015 est chose du passé. De nos jours, seuls quelques irréductibles semblent encore s’enthousiasmer pour le métal brillant, l’argent plus spéculatif ayant été détourné vers les cryptomonnaies et les actions des producteurs de cannabis. Mais l’or rayonnera-t-il à nouveau de tous ses éclats pour faire naître de nouvelles occasions de profit pour les investisseurs? Une légende de Wall Street en est profondément convaincue.

Nouvellement sacré « Roi des obligations », Jeffrey Gundlach de Doubleline Funds a adopté une position très ferme sur le métal précieux. Lors d’une allocution prononcée dans le cadre de la plus récente édition du John Mauldin Strategic Investment Conference en mars dernier, M. Gundlach a pris fait et cause pour le métal jaune.

Voici ce qu’il avait à dire au sujet de l’or :

Sans surprises, nous nous trouvons aujourd’hui à un tournant pour l’or qui présente une corrélation négative avec le dollar. Nous remarquons que l’or a fracassé à la hausse sa ligne de tendance baissière, et ce, tout en préservant les apparences. Nous observons maintenant la formation d’une solide base pour l’or. Il s’agit en fait d’une base qui est en construction depuis quatre à cinq ans. Si l’or parvient à traverser à la hausse cette ligne de résistance, on peut s’attendre à ce que son prix grimpe fortement, possiblement de 1 000 dollars. Cela se produira-t-il? Pour l’heure, disons que c’est le calme plat. Mais on se trouve à un croisement très intéressant. Le moment semble donc propice pour exécuter une opération de stellage sur l’or. Parce que d’une manière ou d’une autre, le petit papillon finira bien par s’extraire de son cocon de façon magistrale.

 

Source : tradingview.com

 

Le moment est-il bien choisi pour exécuter une opération de stellage sur l’or?

Bien que la prédiction de M. Gundlach quant à l’évolution prochaine du cours de l’or semble résolument optimiste, l’argument qu’il défend avec encore plus de fougue est que l’or est en voie de réaliser un grand pas, lequel pourrait très bien se faire à la baisse comme à la hausse. J’ai trouvé très intéressant qu’il préconise pour transaction une opération de stellage. Ceux qui ne sont pas familiers avec ce type de stratégie trouveront à l’adresse ci-dessous un excellent résumé rédigé par la Bourse de Montréal ICI.

Pour les négociateurs plus sophistiqués, les options sur contrats à terme sur l’or demeurent une option fort intéressante à envisager. Pour donner corps à leur ressenti sur l’or, la majorité des investisseurs individuels préfèrent toutefois se tourner vers les dérivés de sociétés aurifères dont les actions sont librement négociées sur les principales bourses. Mais au final, les possibilités offertes par les sociétés d’extraction aurifère sont-elles les mêmes?

 
À cet égard, je dirais que les possibilités sont encore plus asymétriques. Lors de la tendance haussière observée au premier semestre de 2016, le prix de l’or s’est apprécié de 30 %, passant de 1 050 $ à 1 375 $ l’once. Au cours de la même période, la valeur de la part du fonds iShares S&P/TSX Global Gold Index ETF (XGD) a plus que doublé, passant d’un creux d’environ 7 $ à un sommet de près de 18 $.

 
Le constat que l’on peut tirer est le suivant : au fil des ans, les actions des sociétés d’extraction aurifère se sont avérées plus volatiles et ont démontré une tendance à réagir davantage aux fluctuations du prix de l’or, ce qui est idéal pour un négociateur qui entend mettre en œuvre une opération de stellage. Évidemment, la volatilité implicite prise en compte dans le prix des options reflète en partie cette réalité. Néanmoins, cela ne change aucunement le fait qu’un redressement du prix de l’or de l’ampleur avancée par Jeffrey Gundlach ouvre la voie à une spéculation péremptoire potentiellement fort lucrative.

 
À supposer qu’un investisseur, motivé par la prévision audacieuse de M. Gundlach concernant le prix de l’or, souhaiterait réaliser une opération de stellage, la transaction qui en résulterait pourrait prendre appui sur le fonds iShares S&P/TSX Global Gold Index (XGD) et se présenter comme suit.

 

Décomposition des éléments constitutifs de la transaction :
•prix de la part du fonds iShares S&P/TSX Global Gold Index ETF – 12,00 $ (20 avril 2018);
•prix de l’option d’achat échéant en mars 2019, assortie d’un prix de levée de 12,00 $ – 1,20 $;
•prix de l’option de vente échéant en mars 2019, assortie d’un prix de levée de 12,00 $ – 1,15 $;
•coût net de l’opération de stellage (achat de l’option d’achat et de l’option de vente) – 2,35 $.

En termes de coefficient du prix de l’action, le débours d’environ 20 % apparaît de prime abord relativement important. Il importe toutefois de replacer le tout dans son contexte. Comme le démontre le graphique ci-dessous, la volatilité implicite des options XGD se situe pour l’heure dans la partie inférieure de la fourchette sur un an. Sur le plan le plus élémentaire, cela implique une exposition au risque de volatilité plus favorable pour l’investisseur, puisque l’éventuelle remontée de la volatilité à un niveau moyen historique ne ferait qu’accroître la rentabilité de l’opération de stellage.

Source : Interactive Brokers

 

L’autre considération dont il faut tenir compte est l’écart maximal de valeur que pourrait atteindre le prix de la part XGD advenant une rupture à l’extérieur de sa zone de consolidation. L’année 2017 a été caractérisée par un écart de valeur relativement étroit de 3,00 $ (bas de 11,41 $ et haut de 14,51 $). L’année 2016 pourrait toutefois offrir une approximation plus précise de l’ampleur potentielle de la fluctuation du prix de la part de XGD dans l’hypothèse d’une rupture à l’extérieur du périmètre de consolidation. En 2016, l’écart de valeur pour la part XGD a été de plus de 10,00 $ (bas de 7,68 $ et haut de 17,70 $). Difficile à dire si les prévisions de Jeffrey Gundlach deviendront réalité. Une chose est sûre cependant, cela sera certainement l’un des thèmes les plus captivants de l’année en cours.

 

 

Patrick Ceresna
Patrick Ceresna http://www.bigpicturetrading.com

Gestionnaire spécialisé en produits dérivés

Big Picture Trading Inc.

Patrick Ceresna is the founder and Chief Derivative Market Strategist at Big Picture Trading. Patrick is a Chartered Market Technician, Derivative Market Specialist and Canadian Investment Manager by designation. In addition to his role at Big Picture Trading, Patrick is an instructor on derivatives for the TMX Montreal Exchange, educating investors and investment professionals across Canada about the many valuable uses of options in their investment portfolios. Patrick is also co-host to the MacroVoices weekly podcasts. Patrick specializes in analyzing the global macro market conditions and translating them into actionable investment and trading opportunities. With his specialization in technical analysis, he bridges important macro themes with the attempt to understand when those trends are beginning and understanding where they likely to go. With his expertise in options trading, he seeks to create opportunities that leverage returns, while managing/defining risk and or generating consistent enhanced income. Patrick has designed and teaches Big Picture Trading's Technical, Options and Macro Masters Programs while providing the content for the members in regards to daily live market analytic webinars, alert services and model portfolios.

103 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.