Stratégies perspective haussière
J'aime

Prendre une position haussière au moyen d’un écart sur ratio d’options d’achat

Patrick Ceresna
29 novembre, 2017
180 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 5 minutes
Prendre une position haussière au moyen d’un écart sur ratio d’options d’achat

Ces deux derniers mois, les investisseurs ont eu droit à de bons résultats dans un contexte où l’indice canadien S&P/TSX 60 a bondi de 9 %, se relevant d’un creux de 877,00 en septembre pour culminer à près de 955,00. La question qui est maintenant sur toutes les lèvres est la suivante : la période haussière est-elle terminée ou peut-elle encore se poursuivre? Est-il trop tard pour acheter? Est-il préférable d’attendre un repli?

Tel est le dilemme qui se pose aux investisseurs après des mouvements aussi spectaculaires. Par le passé, une hausse de cette ampleur aurait habituellement été suivie d’un retour à la moyenne, mais je crois que nous pouvons convenir que les marchés d’aujourd’hui n’ont plus rien d’« habituel ».

Les investisseurs doivent se poser une question qui est double.

  1. Si le marché poursuit sa hausse et qu’ils n’ont pris aucune position acheteur, ils risquent de rester à l’écart indéfiniment.
  2. À l’inverse, s’ils prennent des positions acheteur et que le marché fait un retour à la moyenne, ils auront payé le prix sommet pour une position perdante qu’ils devront trouver le moyen de gérer.

Dans une telle situation, un écart sur ratio d’options d’achat peut constituer une stratégie intéressante. Ceux qui ne connaissent pas cette stratégie peuvent en apprendre les rouages grâce à ce résumé de stratégie sur options sur actions de TMX.

L’objectif de cette stratégie consiste à profiter de la hausse si les marchés poursuivent leur essor, tout en courant très peu de risque en cas de correction boursière.

Voyons un exemple portant sur un FNB qui reproduit le rendement de l’indice S&P/TSX 60 (TSX : XIU).

Le 27 novembre 2017, le titre XIU se négocie à 23,83 $.
L’investisseur vend 10 contrats d’options d’achat ayant un prix de levée de 23,75 $ et échéant en février pour 0,50 $.
Le produit de la vente génère un crédit de 500,00 $.
L’investisseur achète 20 contrats d’options d’achat ayant un prix de levée de 24,25 $ et échéant en février pour 0,25 $.
L’achat de ces 20 contrats entraîne un débit de 500,00 $.
Le coût total de l’opération est nul.

 
Notons d’abord que la stratégie demeure pertinente, peu importe que sa mise en œuvre entraîne un débit net, un crédit net ou un coût nul. Il se trouve seulement que, dans notre exemple, le solde net s’établit à zéro.

 

 

Quelle est la différence par rapport à la position haussière classique établie par l’achat d’options d’achat?

La principale différence est que pour réaliser un profit, il faudra que le mouvement haussier se poursuive vigoureusement et que le cours du titre XIU progresse encore d’au moins 5 % d’ici février l’an prochain. Une hausse modeste ne profitera que peu à l’investisseur.

L’attrait de cette opération par rapport au simple achat d’options d’achat devient apparent en cas de stagnation ou de baisse du marché.

  1. L’érosion de la valeur temps (thêta) est négligeable.
  2. La perte est minime, voire nulle, en cas de correction.

La perte maximale associée à cette opération se produit en cas de hausse modeste du cours à 24,25 $ à l’approche de l’échéance de février.

Par ailleurs, si la forte perspective haussière se réalise, toute augmentation du cours au-delà de 24,75 $ avant l’échéance porte le coefficient delta de la position à 1,00 et entraîne un potentiel de hausse illimité (ce qui correspond à une position acheteur synthétique sur 1 000 actions).

En résumé, il convient de recourir à l’écart sur ratio d’options d’achat lorsque l’on prévoit une volatilité considérable ainsi qu’un potentiel de forte hausse des cours, mais aussi un risque croissant de chute des cours. Par ailleurs, si l’investisseur prévoit plutôt une hausse modeste, d’autres stratégies pourraient mieux lui convenir, par exemple l’écart haussier sur options d’achat classique.

Patrick Ceresna
Patrick Ceresna http://www.bigpicturetrading.com

Gestionnaire spécialisé en produits dérivés

Big Picture Trading Inc.

M. Ceresna est le fondateur et le stratège principal des marchés des dérivés de Big Picture Trading. Il détient les titres de technicien agréé du marché, de spécialiste des marchés des dérivés et de gestionnaire de placements agréé. En plus de ses fonctions à Big Picture Trading, M. Ceresna offre une formation sur les produits dérivés de la Bourse de Montréal, membre du Groupe TMX. La formation, qui s’adresse aux investisseurs et aux professionnels en placement de partout au Canada, porte sur les nombreuses fonctions utiles des options à l'intérieur d’un portefeuille de placements. Il coanime également des baladodiffusions hebdomadaires pour MacroVoices. M. Ceresna se spécialise dans l’analyse des conditions macroéconomiques du marché mondial et dans la manière de convertir ces dernières en occasions de placement et de négociation concrètes. Sa spécialisation en analyse technique lui permet d'établir des liens entre les différents thèmes macroéconomiques dans le but de déterminer à quel moment s’amorcent les tendances et l'orientation qu'elles sont susceptibles de prendre. Fort de solides connaissances en négociation d’options, il envisage les possibilités de maximiser les rendements sans pour autant négliger la gestion et la définition des risques ni la création de revenus accrus et stables. M. Ceresna est le concepteur et le formateur des programmes de maître offerts par Big Picture Trading sur les aspects techniques, les options et la macroéconomie. Il fournit également aux membres le contenu concernant les webinaires quotidiens et en direct d’analyse du marché, les services d’alerte et les modèles de portefeuille.

67 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *