Concepts
J'aime

Profiter d’une hausse de la valeur des permis de construire au Canada

Martin Noël
5 juin, 2019
176 Lectures
1 Commentaires
Lecture en 6 minutes
Profiter d’une hausse de la valeur des permis de construire au Canada

Dans cet article, nous allons analyser l’évolution des permis de construire au Canada en relation avec l’évolution des prix sur le titre Quincaillerie Richelieu Ltée (symbole: RCH) sur la période entre janvier 2014 et mai 2019. RCH est un importateur, distributeur et fabricant de quincaillerie spécialisée et de produits complémentaires. Le marché de la rénovation résidentielle et commerciale est la principale source de croissance de l’entreprise.

Graphique 1 : Évolution de la valeur des permis de construire au Canada (au 10 mai 2019)

Graphique 2 : Évolution des prix hebdomadaires sur RCH en date du 29 mai 2019 (21,35 $)

Source : Tradingview.com

Tel que nous pouvons le constater, de 2014 jusqu’au début 2016 la valeur des permis de construire au Canada a fluctué entre 6,5 et 7,5 milliards de dollars alors qu’au même moment le cours de l’action RCH passait de 14 $ à 24 $ pour un gain de plus de 71 %. Le cours de l’action a par la suite continué sa progression pour atteindre près de 36 $ vers la fin de 2018, soit une progression supplémentaire de 50 %. Pendant ce temps, la valeur des permis de construire entamait une hausse qui atteignit 8,5 milliards de dollars.

À partir de 2018, le cours de l’action RCH a enregistré une dégringolade de plus de 38 % pour atteindre 21,35 $ le 29 mai 2019. Cette baisse du cours de l’action, alors que les permis de construire atteignaient une valeur 8,75 milliards de dollars avant de baisser sous les 8 milliards, semble nous indiquer que le cours de l’action est plus précurseur de l’évolution de la valeur des permis de construire que l’inverse.

Ainsi, en observant l’évolution récente des cours de l’action RCH nous pouvons observer que le creux récent près de 20 $ n’a pas été confirmé par un creux inférieur sur l’indicateur RSI 5 (Relative Strength Index sur 5 périodes). Cette divergence positive laisse présager un potentiel de revirement positif qui pourrait se produire au cours des prochains mois. Si cela s’avérait, on pourrait alors voir augmenter la valeur des permis de construire et par le fait même cela serait une bonne indication que les affaires de RCH seraient florissantes.

Une telle divergence positive, si elle s’avère réussie, aurait le potentiel de ramener le cours du prix de RCH au cours des 12 prochains mois vers un prix cible de 30 $, une hausse de plus de 40 % à partir du niveau de 21,35 $ au 29 mai 2019, qui représente un niveau de résistance important. Un investisseur qui a confiance que ce scénario se réalisera pourrait mettre en place une stratégie haussière en achetant des options d’achat lui permettant de maximiser son rendement par unité de risque.

Comme au 29 mai 2019, l’échéance la plus longue disponible est celle du 17 janvier 2020, nous rajusterons donc notre prix cible sur 8 mois à 27 $, soit une hausse approximative de 27 % (40 % x 8 mois/12 mois). En fonction de ce prix cible, nous choisirons l’option d’achat permettant d’obtenir le meilleur rendement s’il était atteint à l’échéance.

Nous ferons notre choix parmi les options d’achat suivantes :

  • RCH 200117 C 22 à 1,50 $
  • RCH 200117 C 23 à 1,15 $
  • RCH 200117 C 24 à 0,85 $

Position :

Tableau 1 : Tableau comparatif des options d’achat

L’option offrant le meilleur effet de levier

Comme nous pouvons le constater dans le tableau précédent, parmi les trois options d’achat, c’est l’option d’achat RCH 200117 C 24 à 0,85 $ (cours moyen entre les cours acheteur et vendeur) qui offre une combinaison risque-rendement optimale avec un rendement potentiel de 253 % si RCH atteint le prix cible de 27,00 $ le 17 janvier 2020. Par conséquent, nous effectuerons la transaction suivante :

  • Achat de 10 contrats d’options d’achat RCH 200117 C 24 à 0,85 $
    • Débit de 850 $

Profil de profits et pertes

Prix cible sur les options d’achat RCH 200117 C 24 à 0,85 $ = 3,00 $ (27 – 24)

Profit potentiel = 2,15 $ par action (3,00 $ – 0,85 $) ou 2 150 $ au total

Perte potentielle = 0,85 $ par action (prime payée) ou 850 $

Intervention

Bien que le prix cible sur les actions de RCH soit de 27 $, notre profit potentiel est lié au prix cible de 3,00 $ sur les options d’achat. Par conséquent, dès que le prix des options d’achat atteindra ce prix nous liquiderons la position, et ce même si RCH n’a pas atteint son prix cible de 27 $. Veuillez prendre note qu’aucune intervention ne sera entreprise dans le cas où le titre entreprendrait une baisse au lieu de la hausse anticipée. Par conséquent, il sera important de bien déterminer le capital total qui sera placé dans cette stratégie.

Bonnes transactions et bonne semaine !

Les stratégies présentées dans le cadre de cette chronique ne le sont qu’à titre d’information et de formation et ne doivent pas être interprétées comme étant des recommandations pour acheter ou vendre toutes valeurs mobilières. Comme toujours, avant de mettre en place des stratégies d’options assurez-vous d’être à l’aise avec les scénarios proposés et d’être prêts à en assumer tous les risques.

Martin Noël
Martin Noël http://lesoptions.com/

Président

Corporation Financière Monetis

Martin Noël a obtenu un MBA en services financiers de l'UQÀM en 2003. La même année, il a reçu le Brevet de l'Institut des banquiers canadiens et la Médaille d'argent pour ses efforts remarquables dans le cadre du Programme de formation bancaire professionnelle. Monsieur Noël a commencé sa carrière dans le domaine des instruments dérivés en 1983 à titre de mainteneur de marché sur options, sur le parquet de la Bourse de Montréal, pour le compte de diverses firmes de courtage. Il a également occupé le poste de spécialiste sur options et, par la suite, de négociateur indépendant. En 1996, monsieur Noël est entré au service de la Bourse de Montréal à titre de responsable du marché des options où il a contribué au développement du marché canadien des options. En 2001, il a participé à la création de l'Institut des dérivés de la Bourse de Montréal où il a œuvré à titre de conseiller pédagogique. Depuis 2005, Martin est chargé de cours à l'UQÀM où il enseigne un cours sur les instruments dérivés au deuxième cycle. Depuis mai 2009, il est président à temps plein de la CORPORATION FINANCIÈRE MONÉTIS, une société active dans la négociation professionnelle et en communication financière. Martin agit comme collaborateur régulier en matière d’options pour la Bourse de Montréal.

378 articles
0 commentaires

Un commentaire

  1. Avatar Françoise

    Merci infiniment M. Noel, vos explications sont claires et concises. C’est vraiment très agréable et inspirant de vous suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.