Gestion de risque
2

Se protéger contre le risque afférent aux banques canadiennes au moyen des écarts débiteurs

Patrick Ceresna
1 août, 2017
236 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 6 minutes
Se protéger contre le risque afférent aux banques canadiennes au moyen des écarts débiteurs

Le récent changement d’orientation belliciste de la Banque du Canada, qui a augmenté son taux directeur, a donné lieu à une appréciation très marquée de 10 % du dollar canadien en quelques mois à peine. Non seulement cette situation a-t-elle mis sous pression l’ensemble des marchés boursiers canadiens, mais elle a également semé l’inquiétude quant au resserrement des conditions de crédit pour les consommateurs canadiens déjà surendettés. On observe notamment des préoccupations grandissantes à l’égard des effets sur l’économie s’il fallait que le resserrement de la politique monétaire entraîne un refroidissement des marchés immobiliers canadiens en pleine effervescence.

 
Un ralentissement dans l’immobilier et une baisse de la consommation des ménages pourraient peser lourdement sur le système bancaire canadien, qui a été plutôt robuste ces 18 derniers mois. Pour l’investisseur moyen, il est plus attrayant d’avoir une vision d’ensemble et de miser sur les placements à long terme et un flux de dividende relativement stable plutôt que de prendre des décisions de négociation à court terme.

 
Dans un tel cas, il pourrait convenir de protéger votre position sur actions dans le secteur bancaire au moyen d’une stratégie de superposition. À titre d’exemple, examinons le titre de la Banque TD et évaluons la façon de se protéger contre le risque de baisse de son cours.

 

 

Bien qu’a priori la solution semble consister à simplement acheter une option de vente de protection, les chaînes d’options existantes présentent des particularités qui doivent être prises en considération. L’élément le plus évident est l’importante asymétrie de la courbe de la volatilité implicite. Je soupçonne que l’un des facteurs accentuant cette asymétrie, en particulier pour ce qui est de la faible volatilité implicite dans la fourchette de 64 $ à 72 $, est probablement la popularité grandissante des stratégies de vente axées sur la prime comme les options d’achat couvertes.

Les dividendes au-dessus de la moyenne étant retirés du prix, la mise en œuvre de stratégies comme les tunnels ou l’achat pur et simple d’options de vente de protection perd de son intérêt. Alors, quelle méthode adopter pour se couvrir contre le risque de baisse tout en restant prudent?

 
L’écart débiteur sur option de vente représente une stratégie qui agit en complément naturel à l’asymétrie de la courbe que l’on observe. Cette stratégie consiste à acheter une option à faible volatilité implicite et à vendre une option à prix de levée plus bas présentant une plus grande volatilité implicite. Elle permet souvent de mettre en place l’écart avec un rapport risque-rendement favorable. Examinons le prix actuel d’une couverture contre le risque de baisse du cours de l’action de la Banque TD réalisée au moyen d’un écart débiteur.

 
Voici la stratégie en détail :
• L’action de la Banque TD (TSX : TD) se négocie à 64,30 $ le 31 juillet 2017
• Sa fourchette de négociation des 52 dernières semaines s’étend de 55,78 $ à 71,31 $.
• L’option de vente au prix de levée de 62,00 $ échéant en janvier se négocie à 1,80 $ (cours acheteur) et à 2,00 $ (cours vendeur).
• L’option de vente au prix de levée de 56,00 $ échéant en janvier se négocie à 0,55 $ (cours acheteur) et à 0,80 $ (cours vendeur).
• L’écart s’établit à 1,00 $ (cours acheteur) – 1,45 $ (cours vendeur); un prix d’exécution de 1,40 $ ou moins peut raisonnablement être envisagé.
• La Banque TD devrait verser un dividende trimestriel de 0,60 $ en octobre et en janvier.

L’investisseur qui superpose cet écart débiteur sur option de vente à une position acheteur sur l’action se protège contre le risque de baisse du cours de l’action de la Banque TD sous la barre des 62 $, et ce, jusqu’à son niveau plancher sur 52 semaines d’environ 56 $. En supposant un prix d’exécution d’environ 1,40 $ pour l’écart, l’investisseur obtiendra un flux de trésorerie presque neutre une fois les dividendes pris en compte. Pour les investisseurs qui veulent conserver leurs actions bancaires à long terme tout en se protégeant contre les risques à moyen terme, cette stratégie vaut la peine d’être examinée.

Patrick Ceresna
Patrick Ceresna http://www.bigpicturetrading.com

Gestionnaire spécialisé en produits dérivés

Big Picture Trading Inc.

M. Ceresna est le fondateur et le stratège principal des marchés des dérivés de Big Picture Trading. Il détient les titres de technicien agréé du marché, de spécialiste des marchés des dérivés et de gestionnaire de placements agréé. En plus de ses fonctions à Big Picture Trading, M. Ceresna offre une formation sur les produits dérivés de la Bourse de Montréal, membre du Groupe TMX. La formation, qui s’adresse aux investisseurs et aux professionnels en placement de partout au Canada, porte sur les nombreuses fonctions utiles des options à l'intérieur d’un portefeuille de placements. Il coanime également des baladodiffusions hebdomadaires pour MacroVoices. M. Ceresna se spécialise dans l’analyse des conditions macroéconomiques du marché mondial et dans la manière de convertir ces dernières en occasions de placement et de négociation concrètes. Sa spécialisation en analyse technique lui permet d'établir des liens entre les différents thèmes macroéconomiques dans le but de déterminer à quel moment s’amorcent les tendances et l'orientation qu'elles sont susceptibles de prendre. Fort de solides connaissances en négociation d’options, il envisage les possibilités de maximiser les rendements sans pour autant négliger la gestion et la définition des risques ni la création de revenus accrus et stables. M. Ceresna est le concepteur et le formateur des programmes de maître offerts par Big Picture Trading sur les aspects techniques, les options et la macroéconomie. Il fournit également aux membres le contenu concernant les webinaires quotidiens et en direct d’analyse du marché, les services d’alerte et les modèles de portefeuille.

63 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *