Options sur indices
J'aime

L’achat d’un écart inverse sur ratio d’options de vente sur le FNB iShares S&P/TSX Capped Financials Index (XFN) (Suivi final)

Martin Noël
22 août, 2016
1785 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 4 minutes
L’achat d’un écart inverse sur ratio d’options de vente sur le FNB iShares S&P/TSX Capped Financials Index (XFN) (Suivi final)

Valeur sous-jacente
Le fonds iShares S&P/TSX Capped Financials Index ETF vise à fournir une croissance du capital à long terme en reproduisant, dans la mesure du possible, le rendement de l’indice plafonné de la finance S&P/TSX, déduction faite des frais. L’indice est composé de constituants de l’indice composé S&P/TSX du secteur GICS 40, à l’exception du groupe d’industries de l’immobilier (4040). La pondération de chaque constituant est plafonnée à 25 %.

 

Suivi final

Cette semaine nous faisons le suivi final sur l’écart inverse sur ratio d’options de vente prise sur les parts XFN dans l’article du 27 juin 2016.

Nous envisagions alors la possibilité que XFN puisse poursuivre sa baisse mais tout en acceptant la possibilité d’un rebond important qui aurait pu ramener XFN à son point de départ de 31,75 $. Nous étions incertains quant à la direction des prix mais étions convaincu que XFN ne ferait pas du surplace. La baisse ne s’est pas poursuivie et XFN n’a pas fait de surplace. XFN a plutôt rebondi pour toucher les 31,50 $ et terminer à 31,14 $ à l’échéance du 19 août.

 

Position initiale

• Achat de 20 contrats d’options de vente XFN 160819 P 30 à 0,80 $
o Débit de 1 600 $
• Vente de 10 contrats d’options de vente XFN 160819 P 32 à 1,85 $
o Crédit de 1 850 $
• Crédit total de 250 $

 

Profil de profits et pertes de la position initiale

Profit maximal à la baisse = 28 250 $ si XFN tombe à zéro
Profit maximal à la hausse = 250 $ si XFN >=32 à l’échéance du 19 août 2016
Seuils d’équilibre = 28,25 $ et 31,75 $
Perte maximale = 1 750 $ si XFN = 30 $ à l’échéance du 19 août 2016

 

Résultat au 19 août 2016

Avec un prix de XFN à 31,14 $ voici les prix auxquels nous pouvions fermer la position à l’échéance du 19 août 2016.

• Vente de 20 contrats d’options de vente XFN 160819 P 30 à 0,00 $
o Crédit de 0 $
• Achat de 10 contrats d’options de vente XFN 160819 P 32 à 0,86 $
o Débit de 860 $
o Crédit initial de 250 $
o Débit net et, par conséquent, une perte de 610 $

Comme nous pouvons le constater, nous avions pris une position baissière tout en nous laissant une marge de manœuvre en cas de rebond. La baisse ne s’est pas produite et c’est plutôt le rebond qui s’est matérialisé. Pour dégager un profit, il aurait fallu que le prix de XFN soit supérieur à 32 $ à l’échéance. Avec un prix de 31,14, nous fermons donc la position avec une perte de 610 $.

 

Bonnes transactions et bonne semaine!

 

Les stratégies présentées dans le cadre de cette chronique ne le sont qu’à titre d’information et de formation et ne doivent pas être interprétées comme étant des recommandations pour acheter ou vendre toutes valeurs mobilières. Comme toujours avant de mettre en place des stratégies d’options assurez-vous d’être à l’aise avec les scénarios proposés et d’être prêts à en assumer tous les risques.

Martin Noël
Martin Noël http://lesoptions.com/

Président

Corporation Financière Monetis

Martin Noël a obtenu un MBA en services financiers de l'UQÀM en 2003. La même année, il a reçu le Brevet de l'Institut des banquiers canadiens et la Médaille d'argent pour ses efforts remarquables dans le cadre du Programme de formation bancaire professionnelle. Monsieur Noël a commencé sa carrière dans le domaine des instruments dérivés en 1983 à titre de mainteneur de marché sur options, sur le parquet de la Bourse de Montréal, pour le compte de diverses firmes de courtage. Il a également occupé le poste de spécialiste sur options et, par la suite, de négociateur indépendant. En 1996, monsieur Noël est entré au service de la Bourse de Montréal à titre de responsable du marché des options où il a contribué au développement du marché canadien des options. En 2001, il a participé à la création de l'Institut des dérivés de la Bourse de Montréal où il a œuvré à titre de conseiller pédagogique. Depuis 2005, Martin est chargé de cours à l'UQÀM où il enseigne un cours sur les instruments dérivés au deuxième cycle. Depuis mai 2009, il est président à temps plein de la CORPORATION FINANCIÈRE MONÉTIS, une société active dans la négociation professionnelle et en communication financière. Martin agit comme collaborateur régulier en matière d’options pour la Bourse de Montréal.

410 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut