Stratégies perspective neutre
J'aime

Trois manières de construire un écart papillon

Martin Noël
18 juillet, 2017
4488 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 6 minutes
Trois manières de construire un écart papillon

On utilise l’écart papillon lorsqu’on anticipe que le prix de la valeur sous-jacente demeurera relativement stable, et qu’il atteindra un cours cible précis à l’échéance des options choisies pour mettre en place la stratégie. Le graphique ci-dessous illustre une telle situation sur le titre de BCE Inc. alors que les prix se sont maintenus entre 57 $ et 59 $ du 15 novembre 2016 au 17 mars 2017.

On peut construire l’écart papillon de trois manières. Avec des options d’achat seulement, avec des options de vente seulement, et avec un mélange d’options d’achat et de vente (mixte). Nous allons maintenant comparer les trois écarts papillon à la fermeture du marché le 15 novembre 2016 alors que BCE se négociait à 57,88 $. De manière générale, la construction d’un écart papillon implique l’achat d’une option ayant un prix de levée X1, la vente de deux options ayant un prix de levée X2, et l’achat d’une option ayant un prix de levée X3, où X3 > X2 > X1. De plus, l’écart entre les prix de levée X3 et X2, et X2 et X1, devra être le même. Cette procédure est valide pour les trois cas que nous analyserons. Veuillez prendre note que nous utiliserons des options venant à échéance le 17 février 2017 puisque l’échéance du 17 mars 2017 n’était pas offerte le 15 novembre 2016.

 

L’écart papillon à l’aide d’options d’achat

Profil de profits et pertes de l’écart papillon à l’aide d’options d’achat

 

L’écart papillon à l’aide d’options de vente

Profil de profits et pertes de l’écart papillon à l’aide d’options de vente

L’écart papillon mixte

15 novembre 2016 (17 février 2017)
BCE = 57,88 $ (58,76 $)
Achat de 1 BCE 170217 C 60,00 à 0,49 $ (0,00 $) pour un débit de 49 $
Vente de 1 BCE 170217 C 58,00 à 1,21 $ (0,76 $) pour un crédit de 121 $
Vente de 1 BCE 170217 P 58,00 à 1,89 $ (0,00 $) pour un crédit de 189 $
Achat de 1 BCE 170217 P 56,00 à 1,07 $ (0,00 $) pour un débit de 107 $
Crédit total = 154 $ (débit total = 76 $)

Profil de profits et pertes de l’écart papillon mixte

À la lumière de ce que nous venons d’observer, nous pouvons donc affirmer que les trois stratégies ont pratiquement le même profil de profits et pertes, bien qu’aucune d’entre elles n’ait été construite avec les mêmes instruments. Comme on peut le constater, l’écart papillon tire avantage de la stabilité relative des prix puisque des profits sont réalisés lorsque le prix de BCE se trouve à l’intérieur des deux seuils d’équilibre alors que des pertes sont subies lorsque le prix de BCE clôture à l’extérieur de ces deux mêmes seuils. À l’échéance du 17 février 2017, BCE a clôturé à 58,76 $, et par conséquent, nous vous présentons ci-dessous les résultats pour chaque stratégie.

 

Résultats au 17 février 2017

BCE = 58,76 $
L’écart papillon à l’aide d’options d’achat
Débit initial = 50 $, crédit à l’échéance = 124 $, profit net = 74 $
L’écart papillon à l’aide d’options de vente
Débit initial = 50 $, crédit à l’échéance = 124 $, profit net = 74 $
L’écart papillon mixte
Crédit initial = 154 $, débit à l’échéance = 76 $, profit net = 78 $

 

Comme nous pouvons le constater, l’utilisation de l’écart papillon durant la période du 15 novembre 2016 au 17 février 2017, a permis de générer un profit variant entre 74 $ et 78 $ alors que le prix de BCE s’est maintenu dans un intervalle de prix contenu entre 57 $ et 59 $. Les trois stratégies offrent un potentiel de profitabilité similaire et on peut donc les utiliser de manière interchangeable. Cependant, veuillez prendre note que nous devons porter une attention particulière aux dividendes qui pourraient être versés lorsque des options d’achat sont utilisées, ce dont nous n’avons pas tenu compte dans les exemples précédents.

 

Bonnes transactions et bonne semaine !

 

Les stratégies présentées dans le cadre de cette chronique ne le sont qu’à titre d’information et de formation et ne doivent pas être interprétées comme étant des recommandations pour acheter ou vendre toutes valeurs mobilières. Comme toujours, avant de mettre en place des stratégies d’options assurez-vous d’être à l’aise avec les scénarios proposés et d’être prêts à en assumer tous les risques.

Martin Noël
Martin Noël http://lesoptions.com/

Président

Corporation Financière Monetis

Martin Noël a obtenu un MBA en services financiers de l'UQÀM en 2003. La même année, il a reçu le Brevet de l'Institut des banquiers canadiens et la Médaille d'argent pour ses efforts remarquables dans le cadre du Programme de formation bancaire professionnelle. Monsieur Noël a commencé sa carrière dans le domaine des instruments dérivés en 1983 à titre de mainteneur de marché sur options, sur le parquet de la Bourse de Montréal, pour le compte de diverses firmes de courtage. Il a également occupé le poste de spécialiste sur options et, par la suite, de négociateur indépendant. En 1996, monsieur Noël est entré au service de la Bourse de Montréal à titre de responsable du marché des options où il a contribué au développement du marché canadien des options. En 2001, il a participé à la création de l'Institut des dérivés de la Bourse de Montréal où il a œuvré à titre de conseiller pédagogique. Depuis 2005, Martin est chargé de cours à l'UQÀM où il enseigne un cours sur les instruments dérivés au deuxième cycle. Depuis mai 2009, il est président à temps plein de la CORPORATION FINANCIÈRE MONÉTIS, une société active dans la négociation professionnelle et en communication financière. Martin agit comme collaborateur régulier en matière d’options pour la Bourse de Montréal.

410 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Défiler vers le haut