Volatilité
1

Une position acheteur pour tirer parti de la volatilité

Alan Grigoletto
9 décembre, 2016
417 Lectures
0 Commentaires
Lecture en 6 minutes
Une position acheteur pour tirer parti de la volatilité

Il n’est jamais possible de savoir si le pire est passé ou s’il s’agit seulement d’une accalmie avant une nouvelle chute spectaculaire. La position acheteur sur stellage (long straddle en anglais) peut servir à profiter des deux situations.

 

La position acheteur sur stellage nécessite l’achat d’une option d’achat et d’une option de vente. Les deux options doivent avoir la même échéance et leur prix de levée doit se situer le plus près possible de la parité. L’objectif consiste à tirer profit d’une variation importante du cours, que ce soit à la hausse ou à la baisse. Cette position permet également d’enregistrer un profit en cas de hausse de la volatilité implicite, et ce, même si le cours du sous-jacent ne connaît pas de variation importante.

 

Comme la stratégie implique l’achat de deux options, son coût total, qui détermine les points d’équilibre, est relativement élevé. Par contre, la perte maximale se limite au total des primes versées pour l’option d’achat et l’option de vente.

 

Il y a deux points d’équilibre :

point d’équilibre supérieur = prix de levée de l’option d’achat + primes versées;

point d’équilibre inférieur = prix de levée de l’option de vente – primes versées.

 

Il ne faut pas oublier que les prix de levée à parité impliquent nécessairement des primes plus élevées, donc un coût global plus élevé, par comparaison aux prix de levée hors jeu. La stratégie qui repose sur des prix de levée hors jeu est le stellage élargi (strangle en anglais). L’érosion de la valeur temps des deux options achetées est l’ennemi naturel de telles stratégies, tout comme la baisse de la volatilité implicite. Le profit est illimité en cas de hausse du cours du sous-jacent; il n’est limité qu’en cas de baisse, si le cours du sous-jacent atteint la valeur zéro.

 

Le choix du moment de la mise en œuvre de la stratégie est déterminant en raison de l’érosion de la valeur temps des deux options. Comme l’indiquait un article antérieur, l’érosion la plus prononcée de la valeur temps des options s’observe au cours des 30 derniers jours précédant leur échéance. Les prévisions de l’investisseur doivent indiquer clairement une hausse de la volatilité ou une variation marquée du cours du sous-jacent. L’investisseur peut mettre les chances de son côté en recherchant des occasions lorsque la volatilité implicite est inférieure aux moyennes historiques ou en prenant position plusieurs semaines avant la publication d’une annonce de résultats ou d’un rapport gouvernemental qui influencera l’humeur du marché à l’égard d’un secteur particulier. Les variations ont tendance à être particulièrement marquées à la suite de tels événements.

 

Prenons un exemple.

 

À l’heure actuelle, le titre XYZ se négocie à 39 $ CA. L’échéance du 16 décembre est dans quatre semaines. L’option d’achat ayant un prix de levée de 40 $ est évaluée à 0,80 $ CA; l’option de vente ayant un prix de levée de 40 $ est évaluée à 1,60 $ CA. Le coût total de la position est donc de 2,40 $ CA.

 

Cours du titre à l’échéance Gain ou perte à l’échéance
après l’achat d’une option d’achat
à 40 $ échéant le 16 décembre
 

Gain ou perte à l’échéance
après l’achat d’une option de vente
à 40 $ échéant le 16 décembre

Gain net ou perte nette à l’échéance
 

 

55 $ 14,20 $ (1,60 $) 12,60 $
50 $ 9,20 $ (1,60 $) 7,60 $
45 $ 4,20 $ (1,60 $) 2,60 $
40 $ (0,80 $) (1,60 $) (2,40 $)
35 $ (0,80 $) 3,40 $ 2,60 $
30 $ (0,80 $) 8,40 $ 7,60 $
25 $ (0,80 $) 13,40 $ 12,60 $
20 $ (0,80 $) 18,40 $ 17,60 $

 

Le tableau qui précède montre que la position acheteur sur stellage rapporte un profit qu’il y ait hausse ou baisse du cours du sous-jacent, dans la mesure où la variation est assez marquée pour compenser le coût des deux primes versées. Si le cours du sous-jacent demeure stable, l’option d’achat et l’option de vente entraînent toutes les deux une perte.

 

 

 

Dernière remarque : La stratégie décrite ne comporte aucun risque d’assignation. Toutefois, en cas de maintien de la position jusqu’à l’échéance, l’investisseur devrait avoir un plan relatif à la levée automatique si l’une ou l’autre des options échoit en jeu.

Alan Grigoletto
Alan Grigoletto

CEO

Grigoletto Financial Consulting

Alan Grigoletto est le chef de la direction de la société Grigoletto Financial Consulting. Il est expert du développement des affaires auprès de particuliers et de groupes financiers d’élite. Il est l’auteur de plusieurs articles sur des questions financières d’intérêt pour les bourses canadiennes, les courtiers en placement et les communautés de conseillers en plus d’avoir écrit et publié du matériel éducatif destiné à des auditoires américains, italiens et canadiens. Il a déjà été vice-président de la société Options Clearing Corporation et responsable de la formation de The Options Industry Council (OIC). Avant son passage à l’OIC, M. Grigoletto a été vice-président principal du développement des affaires et du marketing à la Boston Options Exchange (BOX). Auparavant, il avait été associé fondateur de la société de conseils en placement de Chicago, Analytic Capital Management. Il compte plus de 35 années d’expérience dans les opérations boursières et les placements en tant que teneur de marché d’options, spécialiste des marchés boursiers, négociateur institutionnel, gestionnaire de portefeuille et éducateur. M. Grigoletto a précédemment été gestionnaire de portefeuille pour les portefeuilles S&P 500 et MidCap 400 de Hull Transaction Services, un fonds d’arbitrage neutre. Il possède un savoir-faire considérable dans la gestion du risque de portefeuille ainsi que de fortes capacités analytiques pour tout ce qui touche les actions et les instruments dérivés des actions (produits dérivés). M. Grigoletto est titulaire d’un diplôme en finances de l’Université de Miami et a été président du Conseil du STA Derivatives Committee. Par ailleurs, il est membre du comité directeur de la Futures Industry Association et il est régulièrement invité à titre de conférencier dans des universités, ainsi que par la Securities Exchange Commission, la CFTC, la US House Financial Services Committee et l’IRS.

14 articles
0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *